Gin Fizz

Bulles de vie...

Vous avez demandé la police, ne quittez pas

08 octobre 2007

police_5Je ne suis pas sûre que vous réalisiez bien un truc, les gars : vous êtes quand même en train de lire le blog d’une héroïne des temps modernes. Parce que figurez-vous qu'il y a quelques nuits, j’ai enfin pu laisser s’exprimer la Julie Lescault qui sommeille en moi.

Ceux qui suivent ce blog depuis un certain temps savent déjà que j’habite juste au dessus d’un petit restaurant et que je connais donc ce bonheur suprême (et donné à peu de gens) d’avoir en fond sonore permanent toute la vie backstage de ce type de commerce, depuis les engueulades du chef et de ses commis jusqu’au bruit des poubelles en fin de service. Avec le temps, c’est presque devenu routinier (même si toujours aussi gavant) et ce joyeux bordel bruyant fait aujourd’hui partie de mon quotidien.

Sauf que cette nuit-là, y’a eu comme qui dirait un bin’s.

4h du matin. Insomnie. Je tourne et me retourne dans mon lit pour trouver désespérément le sommeil. Le chat, ce con, pionce paisiblement, roulé en boule à mes pieds.

Soudain, bruit étrange. Le bruit d’une porte en bas dans la cour, qui n’aurait pas dû s’ouvrir à cette heure plus que matinale. Alerté lui aussi, le chat se dresse d’un coup sur ses pattes, et tend l’oreille avec moi. Quelqu’un marche doucement, trifouille des objets et déplace la poubelle du restaurant de façon très discrète. Impossible que ce soit le restaurateur lui-même, vu le barouf qu’il ne s’est jamais privé de faire quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit.
Un type est donc en train de faire je-ne-sais-quoi juste en bas de ma fenêtre, sans vouloir être surpris, à 4h du mat’. Problème en vue, a priori.

J’écoute toujours, tout en cédant peu à peu à la cogitation intensive et à la parano. Que fabrique ce mec ? Qu’est-ce qu’il cherche ? Et si il venait se venger de son patron en foutant le feu au restaurant ? Ou en allumant le gaz ? Merde, ma chambre est juste au dessus…

En bas, l’autre débile manipule toujours sa poubelle et ses outils. J’hésite à allumer la lumière ou à carrément ouvrir les volets pour signifier que ce bruit me dérange. Mais à 4h du matin, toute seule chez soi, on fait bizarrement moins la fière que dans la théorie. En même temps, si l’intrus a l’intention de faire péter tout l’immeuble pour une raison obscure, je ne suis pas trop d’accord. Ma détermination revient d’un coup. Ni une ni deux, j’attrape ma cape, mon épée, et surtout mon téléphone, pour prévenir la police.

Bon, ben faut quand même que vous sachiez un truc : il a beau être 4h du mat’ (enfin, un peu plus maintenant, avec toutes ces conneries), il y a de l’attente au bout du fil. Ouais. Autant dire que si on se retrouve face à un cambrioleur, on a le temps de se faire zigouiller à peu près quatre ou cinq fois.

Mais bref. Une nana finit par me répondre et me demande ce qui m’amène. Je lui raconte ma vie trépidante d’une façon complètement décousue. Ca ne la perturbe pas plus que ça, puisqu’elle me dit « j’envoie quelqu’un sur place vérifier ». J’attends donc le ‘quelqu’un’ en question, en faisant les cent pas dans mon appart (façon de parler, vue la taille de l’appart).

Dix minutes plus tard, deux flics arrivent, me questionnent à nouveau et filent voir dans la cour de l’immeuble. A travers les volets de ma chambre, je les entends marmonner « ben non, y’a rien, j’vois rien moi ». Vu que j’ai un peu d’ego et que je n’ai pas envie de passer pour la pauvre gourdasse qui a eu peur d’un chat sauvage égaré dans le coin, j’ouvre les volets et leur précise quand même que le simple fait qu’ils puissent accéder à la cour n’est pas normal, puisque la porte est toujours fermée à clé. Je reparle des bruits de déplacement de poubelle. John et Brian (ça leur va si bien) finissent par braquer leur lampe torche sur l’une des fenêtres du restaurant, située en hauteur, et légèrement entrouverte. Par un étrange hasard, la poubelle est juste en dessous, comme si le mec s’en était servi comme d’un escabeau.

John prend alors un ton hyper sûr de lui et affirme « y’a des traces d’effraction ». (Ah bah merci, oui, j’m’en doute. Pffff, faut vraiment leur mâcher le boulot, à ces flics, hein).

Je vous passe rapidement la suite des événements, sinon on est encore là demain :
Brian escalade à son tour la poubelle, cherche à pénétrer dans le resto tout en se demandant si l’intrus n’y est pas déjà planqué, et ne l’attend pas avec un couteau de cuisine bien aiguisé.
A peine le pied posé à l’intérieur, une horrible alarme se met à retentir et à nous vriller les tympans.
Du coup, le restaurateur, qui habite au dessus de son commerce, déboule en hurlant.
Brian se met à gueuler encore plus fort « c’est la police, c’est la police », de peur de se prendre un coup de poêle sur la tronche.
Et John, resté dans la cour, s’inquiète pour son pote : « ca va, Brian ? ca va ? ca va ? »

Oui, Brian va bien. Il est en train d’expliquer à monsieur le cuistot qu’on a tenté de pénétrer par effraction chez lui, et que la voisine du premier étage les a prévenus pour intervenir. Flots de remerciements et de bénédiction, bla bla bla… Déjà que le type m’aimait bien pour une raison qui m’échappe encore, il est maintenant littéralement amoureux de moi. J’en suis quitte pour un dîner gratos chez lui, à l’écouter jacter pendant une plombe. Pfff, rendez service aux gens tiens…

Ce qui m’épate, moi, c’est que pendant tout ce souk, pas un seul voisin n’aura pointé son museau par la fenêtre pour voir ce qui se passe. M’est avis que tout le monde pionce avec des boules Quies, rapport au barouf du feu de dieu que fait ce resto.

Mais la cerise sur le gâteau reste quand même le moment où John, en train de débriefer le commissariat en direct par radio, revient vers le cuistot pour demander « est-ce qu’une friteuse de marque Delonghi aurait disparu ? »

Gné ????!!!!!??!!!!!
Genre, un pauvre gars s’est emmerdé la vie à tenter de rentrer en douce dans un resto pour chourer une friteuse ?

A moitié morte de sommeil et morte de rire, je les ai laissés tous les trois à leurs histoires de friteuse, d’assurance, de plainte et de suspects potentiels, et je suis retournée sous ma couette finir ma nuit agitée. Et la seule conclusion que j’ai pu tirer de tout ça, c’est « cool, ca va me faire un truc sympa à raconter sur le blog ». Je suis grave, quand même.


Commentaires sur Vous avez demandé la police, ne quittez pas

    ça alors !

    elle est amusante, ton histoire, et tu la racontes bien. Sur le forum pol'art noir, il y a un concours de nouvelles, le texte doit commencer par "vous avez demandé..." je te suggère d'aller la mettre tout de suite !

    Posté par Passant, 19 octobre 2007 à 16:08 | | Répondre
  • XD je ne sais pas si tu es grave, j'aurais juste dit logique.
    M'enfin, il n'y a plus qu'à espérer que tu aimes la nourriture de ce resto !

    Posté par Alexie, 31 octobre 2007 à 15:49 | | Répondre
  • tu ES grave

    mais ca c'est pas un scoop :)
    Tu aurais pu sortir ta paire de menottes en fausse fourrure pour venir en aide au policier

    Posté par Vincent, 08 octobre 2007 à 10:40 | | Répondre
  • C'est génial, y'a de l'action chez toi ! Je te souhaite bon appétit pour ton dîner chez ton amoureux transi... ;-)

    Posté par Laurent, 08 octobre 2007 à 10:50 | | Répondre
  • Moi à ta place j'aurais eu super peur!

    Posté par Mlle E, 08 octobre 2007 à 10:51 | | Répondre
  • Waow, dire que je me plaignais de mon environnement !!! Au final un cinoche c'est moins bruyant qu'un restau !! Sinon je dois être comme tes voisins, quand je dors le mur poeut s'écrouler sur ma tête !

    Posté par Manou, 08 octobre 2007 à 10:58 | | Répondre
  • Ginfizz's life is a real thriller ! and the cops are up to their reputation....

    tu t'es remise de tes émotions ?

    Posté par Rhumcoca, 08 octobre 2007 à 11:03 | | Répondre
  • mrd!!!

    Posté par Marraine, 08 octobre 2007 à 11:03 | | Répondre
  • Katia, tu es une héroïne:-) Et bon courage avec le patron du resto! Il cuisine bien au moins?

    Posté par Béné, 08 octobre 2007 à 11:26 | | Répondre
  • non seulement ça te fait une anecdote à raconter mais en plus c'est bien raconté ! ;)

    Posté par Julie, 08 octobre 2007 à 11:30 | | Répondre
  • Mais quelle vie pleine d'aventures hallucinantes tu as :-)
    Plus sérieusement, je ne sais pas si tout le monde dort avec des boules Quies, j'ai bien peur que la triste vérité soit que personne n'aurai ni levé son petit doigt ni le téléphone pour faire quelque chose... Je vois parfois des scènes dans le Métro ou le RER assez étonnantes ....

    Posté par Minicabe, 08 octobre 2007 à 11:46 | | Répondre
  • excellenT ! Bon moi aussi je suis grave alors, car quand il m'arrive un truc drole ou hallucinant, ma premiere pensee va pour le blog ;-)

    Posté par Vendredi 13, 08 octobre 2007 à 11:49 | | Répondre
  • Les gens qui t'empêchent de dormir, c'est nul.

    Posté par Grenouille, 08 octobre 2007 à 11:49 | | Répondre
  • Un truc m'échappe...

    Comment le policier a de suite déclaré l'alarme,
    alors que le voleur a réussi à passer outre ?

    Et une réponse du genre "car c'est un policier, et que l'autre c'est un voleur" ne me va pas...

    Dommage que la nuit des héros n'existe plus...
    Sinon je suis sur qu'on ty 'uarias vu :)

    Posté par PTM, 08 octobre 2007 à 12:25 | | Répondre
  • Heureusement que le cambrioleur ne s'était pas mis en tête de rentrer chez toi, parce que le temps que les flics débarquent, tu aurais du lui servir une tasse de thé pour le faire patienter !!

    Posté par Cécile, 08 octobre 2007 à 12:37 | | Répondre
  • Vincent > chut, tsss.. ne parle pas de ma paire de menottes ici, tu vas nous faire repérer !

    Laurent > ouais, y'a de l'action, c'est trop cool. Peut-être que le dîner avec le restaurateur m'inspirera pour un autre article ?

    Melle E > Ben je faisais pas la fière, hein. Mais je crois que c'est surtout la peur de sauter à cause d'une fuite de gaz qui m'a fait réagir !

    Manou > Un cinoche ? ah ouais, pas mal aussi, question barouf ! Sinon, si j'avais pas eu cette insomnie à la con, peut-être que je n'aurais rien entendu moi non plus. Mais le coup de l'alarme et des flics qui gueulent dans tous les sens, faut pas déconner, ça réveille un mort !

    RhumCoca > t'as vu ça, la vie passionnante que je mène, un peu ? Et d'où tu causes inglich, toi, maintenant ?

    Marraine > ;)

    Béné > ben je sais pas, je m'étais soigneusement tenue à l'écart de ce resto jusque là, étant donné que la vue sur les cuisines m'avait donné moyennement envie. Maintenant, j'ai plus le choix.

    Julie > merci m'dâme. J'y ai mis tout mon coeur, en plus !

    Minicabe > le pire, c'est que t'as sans doute raison. Mais quand ça se passe en bas de chez toi, j'aurais pensé que les gens étaient plus rapides à lever le petit doigt, malgré tout.

    Vendredi13 > hin hin, je sais qu'entre blogueuses droguées, on se comprend !

    Grenouille > t'as même pas idée. (ou si ?)

    PTM > Bien vu, Joe ! On s'est donc fait la réflexion, avec mes copains les flics, que le mec ne devait pas avoir eu le temps de finir et avait décampé avant que la police n'arrive. Mais en même temps, à 4h du mat, tu réfléchis pas toujours aussi rapidement que l'éclair.

    Posté par Katia, 08 octobre 2007 à 12:46 | | Répondre
  • Cécile > T'as raison. et des petits gateaux aussi, en prime ! :)

    Posté par Katia, 08 octobre 2007 à 12:48 | | Répondre
  • Du coup moi je flippe grave parce que je suis une couillonne née et je croyais (naïvement je l'avoue) que quand on sonnait au flic, on avait qqun direct ! Quelle nouille ! :)

    Sinon très sympa l'histoire... t'auras de quoi nous faire un autre billet avec une critique culinaire :)

    Posté par Aude, 08 octobre 2007 à 13:01 | | Répondre
  • Moi je dis que le restaurateur devrait te nourrir tous les soirs pendant un mois, vu que lui n'a rien entendu ! hihi !

    Posté par Louisianne, 08 octobre 2007 à 13:05 | | Répondre
  • Cette nuit ta vie ressemblait à un thriller. j'ai hâte de voir ce que ça donne quand elle ressemble à une comédie romantique! (ah une piste peutêtre... les menottes en fourrure ah! ah!)

    Posté par tonie.behar, 08 octobre 2007 à 13:17 | | Répondre
  • Alors soit tu as besoin d'un homme, soit ce sont des cours de karaté qu'il te faut ou bien des tickets resto tout simplement:) Mais je crois surtout et je te le souhaite de trouver enfin l'appart de tes rêves car je sais que tu es en recherche!

    Posté par Ceucidit, 08 octobre 2007 à 14:04 | | Répondre
  • Ouais mais t'inquiète, je crois qu'on est toutes pareilles !
    Le moindre truc ripou qui arrive dans ta vie, dircet tu te dis "faut absolument que je le blogue".
    'tain mais quand même, la friteuse, bordel !

    Posté par violette, 08 octobre 2007 à 15:52 | | Répondre
  • Bravo Katia !

    J'en ai frissonné d'horreur à te lire... Dommage de ne pas savoir pour le coup de la friteuse...
    :-))

    Posté par Calpurnia, 08 octobre 2007 à 16:57 | | Répondre
  • mais si t'as eu raison de nous en faire part c'est suffisamment palpitant pour intéresser la foule en délire ;-)
    épi dès que t'as un blog et qu'il t'arrive un truc un peu hors du commun tu penses tout de suite à la façon dont tu vas le raconter dans un prochain billet
    c'est carrément normal non ? ;-)

    Posté par Fressine, 08 octobre 2007 à 19:14 | | Répondre
  • Chapeau Julie Lescault ! Morte de rire ! 'tain, faut faire gaffe à sa friteuse par les temps qui courent... :)

    Posté par Ophélie, 08 octobre 2007 à 21:51 | | Répondre
  • aude > pour la critique culinaire, c'est pas gagné gagné, hein. Je tente encore d'éviter le truc !

    Louisiane > ca mérite au moins ça, t'as raison ! Mais alors il se la boucle pendant que je dîne, hein !

    tonie.behar > rrrho merde, tout le monde m'a grillée, avec mes menottes ! pffff...

    Ceucidit > hé hé, l'appart, je l'ai trouvé, mon cher. Déménagement prévu dans 3 mois ! Le compte à rebours est lançé...

    violette > tu remarques quand même qu'il ne m'arrive pas suffisamment de trucs exciting pour faire un billet quotidien. Alors que y'en a d'autres, c'est pas pour balancer, mais bon...

    Calpurnia > ouais, cette histoire de friteuse, c'est quand même intriguant, j'avoue. C'est cher, les Delongui ?

    Fressine > ben tu me rassures un peu, tu vois. Parce que je me suis trouvée étrange, de penser à ça en premier, plutôt qu'à "faut vraiment que je déménage fissa!"

    Ophélie > tu m'étonnes. Et à mon avis, planque aussi le moule à gauffres, j'ai entendu parler d'un trafic parallèle. Ca devient difficile de cuisiner, par les temps qui courent...

    Posté par Katia, 08 octobre 2007 à 22:07 | | Répondre
  • Mouah ah..
    "Where is Briaaaan ???
    - In the kitchen !!!!"
    C'est bien connu ! =P

    Posté par seleiah, 08 octobre 2007 à 22:08 | | Répondre
  • Agent katia, je suis fière de vous, vous avez réussi votre mission!
    Bon ben moi je suis rassurée, j'ai pas de friteuse, je vais pouvoir dormir tranquille ;-)

    Posté par sardine, 08 octobre 2007 à 22:17 | | Répondre
  • Eheh... mieux qu'une enquête policière ce billet ;)

    Par contre par soucis d'équité, il aurait fallu mettre "Brian et Pamela" comme policiers ^^

    Posté par Morcheeba, 08 octobre 2007 à 22:48 | | Répondre
  • la trouillarde que je suis n'en dormirait plus, mais je dis pas ça pour t'inquiéter hein ;-)

    Posté par Léna, 08 octobre 2007 à 23:14 | | Répondre
  • Hey cool...une crémaillère! :-)

    Posté par Ceucidit, 09 octobre 2007 à 01:00 | | Répondre
  • seleiah > ah, bien vu ! Même pas fait exprès !

    sardine > ouais, mais fais gaffe. Parait que les cocottes minute ont la cote aussi, ces derniers temps...

    Morcheeba > Si j'avais voulu faire preuve d'équite, j'aurais choisi Brenda et Dylan. souvenirs, souvenirs...

    Léna > pfffff, moi, j'ai pas peur madame. (et j'ai un énorme couteau à pain sous mon oreiller, mais bon...)

    ceucidit > ayé, il est parti, lui... Dans 3 mois, je te dis !!!

    Posté par Katia, 09 octobre 2007 à 10:53 | | Répondre
  • Bon tu me la refile cette friteuse que tu m'avais promis ou quoi ?

    Posté par TheCélinette, 09 octobre 2007 à 11:45 | | Répondre
  • suis mdr

    mais oui, effectivement, au moins t'as eu un truc sympa à raconter sur ton blog!!!

    lol

    Sarah ^-^
    http://desarahaisis.blogspot.com/

    Posté par Sarah, 09 octobre 2007 à 13:04 | | Répondre
  • Ce trafic de friteuses me semble des plus louches...

    Posté par Muchi Muchi, 09 octobre 2007 à 14:47 | | Répondre
  • J'étais morte de rire en lisant ton post.
    Je te conseille maintenant de déménager et surtout vérifie qu'il n'y a pas de resto au dessous de chez toi...

    Posté par delphine, 09 octobre 2007 à 15:09 | | Répondre
  • Bravo Katia !!

    Depuis qu'ils nous ont mis internet au bureau, moi et les collègues on adore lire vos "aventures" et cette fois je dois dire que vous nous avez bien tenu en halène… Miriam, une collègue dont le fils vient de monter à Paris était inquiète, elle n’en a pas dormi de la nuit ! Enfin heureusement qu’il ya des jeunes filles courageuses et braves comme vous pour appeler la police !

    Encore merci Katia, vos Bulles de Vies nous divertissent grandement. Même mon plus jeune, Louis, (qui pourtant ne lis pas grand-chose) s’est découvert une passion pour votre Blog.

    A bientôt.

    Jaqueline (et toute l’équipe, bien sûr)

    Posté par Jaqueline1912, 09 octobre 2007 à 17:27 | | Répondre
  • Ben oui, c'est cool, parce que toi, ça te fait un truc marrant à raconter sur le blog, et nous un truc super marrant à lire !! Et toi en Julie Lescaut, ça vaut bien son pesant de cahuètes.
    C'est quoi la spécialité de ton restau d'en bas ?
    J'espère au moins que t'aimes ce qu'il cuisine, sinon, t'es mal.

    ps : Moi non plus, pas de friteuse, je peux dormir tranquille.

    Posté par Dom, 09 octobre 2007 à 19:45 | | Répondre
  • john et brian n'ont pas l'air bien futfut tout de meme !!!

    et le fameux gars a disparu de la nature...

    Posté par Mam'zelle emie, 10 octobre 2007 à 08:52 | | Répondre
  • TheCélinette > t'inquiète. j'attends que les rondes de flics dans le quartier stoppent, et je te la file discretos. Mais tu m'invites à dîner chez toi, alors !

    Sarah > faut bien que ce genre de petite frayeur serve à quelque chose, quand même.

    Muchi muchi > ah toi aussi ? Peut-être une opération commando de chez McCain ?

    delphine > déménagement prévu ! Mais que dans trois mois... la friteuse a encore le temps de faire des siennes.

    Jaqueline1912 > heu... merci Jaqueline et toute l'équipe, alors.

    Dom > pffff, c'est un resto de poissons. Et apparemment, c'est un bon resto, coté et tout, hein. Mais la vue sur les cuisines m'a coupé l'appétit.

    Mam'zelle Emie > ouais... y'a un gars amoureux des friteuses qui court toujours !

    Posté par Katia, 10 octobre 2007 à 10:34 | | Répondre
  • Bon Zoro tu vas descendre de ce cheval tout de suite!!

    Posté par Fred680, 12 octobre 2007 à 12:03 | | Répondre
  • J'avoue ! J'avoue tout !
    Mille excuses, jolie Katia.

    C'était moi, l'inconnu sur la poubelle !!!

    J'essayais de te rejoindre par la fenêtre, comme tu m'avais dit !

    Je t'ai bien vu regarder par la fenêtre et c'est là que je suis retombé sur la poubelle, d'où le fracas !

    Puis ensuite, la sirène...Sapristi ! Les flics !!!
    Je me suis enfilé dans cette poubelle, entre les arêtes et autres déchets maritimes...

    Merci Katia, sympa !
    J'ai pué le poisson pendant une semaine...

    Notre prochain rendez-vous, au dessus d'une parfumerie si possible.

    Bisou, Denis.

    Posté par Denis, 13 octobre 2007 à 00:22 | | Répondre
Nouveau commentaire