Gin Fizz

Bulles de vie...

Divers d'hiver

21 décembre 2009

Oui, parce que là, je n'ai pas franchement le temps, donc je vous donne quelques infos, en vrac et dans le désordre.

DSCN6761DSCN6760Je viens de redécouvrir la marque Antik Batik. Ca devait faire au moins tout ça que je n'avais pas collé les pieds dans une de leur boutique, persuadée que ce n'était pas ma tasse de thé. Trop chargé, trop patchwork, trop coloré, trop tout, en fait. Et puis dernièrement, à la faveur d'une opération blogueuses, j'ai pu mettre le nez de plus près sur les dernières collections, et découvrir que je suis assez charmée. Mon porte-monnaie, beaucoup moins. Mais qu'importe, j'ai craqué notamment sur la dernière collection de cachemire ultra doux par Georgina Brandolini, et brodés main avec perles ou petits clous dorés dont ce modèle classique mais efficace. Pile dans la tendance 'épaules brodées', avec mon petit pull marine revisité, non ?

La phrase du jour : Nous la devons à ma copine de bureau Ophélie : "Quand y'a un doute, y'a plus de doute !". Très vrai, quand on y réfléchit. Et applicable à plein de domaines, en plus. Ex 1 : "Est-ce que cette jupe me va si bien que ça ?" : y'a doute, donc y'a plus de doute, on repose la jupe.
Ex 2 : "Ce type ne serait pas un peu con, en fait ?" : Le fait même de se poser la question ne semble pas très bon signe pour la réponse...
Ex 3 : "chéri, j'aurais pas un peu grossi ?" : Heu... sans commentaire.
C'est devenu mon leitmotiv depuis quelques temps (très utilisé pendant la folie des ventes presse, pour ne rien vous cacher...). Donc je partage avec vous, c'est cadeau, c'est offert (c'est Noël après tout, non ?). Yalla.

cr_meTesté et approuvé par la grande frileuse que je suis : La Crème Chaleur chauffante pour les pieds de chez Hansaplast. "La fin des pieds froids", que ça claironne en gros sur le packaging ! Mazette, mais ce truc a été inventé pour moi ou quoi  ? Qui m'espionne, chez Hansaplast ? Balancez les noms !
Pour l'avoir testé en multiples situations, je peux vous dire que ça chauffe sévère sur les petons, effectivement. Nickel par temps de grand froid, en application juste avant les collants et chaussettes. Ça diffuse une petite chaleur douce durant quelques heures. En revanche, je suis personnellement moins fan du rendu "juste avant de me coller au plumard", parce que le fait de rester immobile dans le lit ne diffuse pas assez la chaleur émise, et donne presque une sensation de brûler. Dommage... (Chéribibi est très déçu aussi, il s'imaginait déjà ne plus avoir à subir mes glaçons de pied contre ses jambes).

La poste me fera toujours bien rire. Mon bureau de poste a été refait à neuf, et affiche désormais au dessus de sa "boutique" d'emballages colis et lettres suivies un joli panneau : "je me fais plaisir, et je paye à la caisse". Certes, aller choisir ma taille et ma couleur d'emballage carton me fait frissonner d'avance, m'enfin de là à "me faire plaisir", je ne suis pas sûre. Ce qui prouve néanmoins qu'ils ont beaucoup d'humour, à La Poste. Chéri, ça te dit un emballage colissimo, pour Noël ? De rien, ça me fait plaisir.

Florence is my friend forever. Florence ? Foresti, pardi ! En grande groupie, j'avais réservé ma place pour son dernier spectacle il y a quelques lustres, et j'y ai donc assisté la semaine dernière. Verdict : +++++. Sauf le sketch de rappel, qui est à mon sens un poil en dessous du reste. Apparemment (d'après un sondage exclusif basé sur un échantillon de 2 mecs nous accompagnant), les hommes rigolent un peu moins, et ressortent plus mitigés. Faut dire qu'ils s'en prennent plein la tronche aussi. Pas grave, nous les fiiiiiiilles, au moins, on aura bien rigolé.
En revanche, difficile de trouver une place, le spectacle se joue à guichets fermés jusqu'à nouvel ordre. Pour la peine, petit cadeau (décidément, ma bonté me perdra...) !

Et joyeux Noël à tous, je ne suis pas certaine de repasser par ici avant le 25...


Joue pas, joue pas comme ça

07 décembre 2009

d_sJe viens de me rendre compte d'un truc pas très folichon. Contrairement à ce que j’ai toujours cru, pensé ou braillé sur les toits, non, désolée, je ne suis pas bonne perdante. Ni joueuse agréable. Carrément pas, même.

Le week-end dernier, emportés par un élan de bonne humeur potache et enivrés de bulles variées, nous nous sommes lancés, mes copains et moi, dans un jeu de société endiablé à base de devinettes et de mimes où chaque équipe s’affronte en temps minuté.


L’idée, à la base, était de passer un bon moment, de déconner, de rigoler, de comparer les talents de mime de chacun (c’est officiel, je n’ai aucun gène du Mime Marceau) et éventuellement, si l’enthousiasme collectif (et le taux d’alcoolémie) le permettait, de compter les points afin de déterminer une équipe gagnante juste pour l’honneur.


Sauf que moi, à partir du moment où il y a des règles du jeu établies (et bizarrement, c’est souvent le cas, ne me demandez pas pourquoi), je rentre dans une sorte d’état second, fébrile et nerveux. Parfois, même, je me fais peur : mon ton d’institutrice péremptoire et autoritaire prend le dessus, et je me mets à beugler comme une truie sur quiconque ne respecterait pas le déroulé, prête à sortir les crocs (et les griffes) au besoin.


Oui, je sais. Mais en même temps, attendez. S'il y a une « règle du jeu », c’est bien fait pour être respecté, non ? (Que les amateurs de poker - et je ne vise personne - ne me disent pas le contraire, y’a qu’à voir comment ça gueule dès qu’on tente une entourloupe pas très catholique autour du tapis vert).

Non parce que si on commence à faire n’importe quoi quand on se divertie, c’est la porte ouvertes à toutes les fenêtres, et bientôt, on grillera aussi tous les feux rouges en gloussant comme des gorets, et ce sera le chaos partout. Vous ne viendrez pas pleurnicher que je ne vous ai pas prévenus, hein.


Cela étant, je reconnais malgré tout que parfois, les jeux sont plus drôles quand on ne suit pas les règles à la lettre. Faire une partie de « petit bac » en modernisant toutes les catégories, ça a plus de gueule. Le dernier en date, réalisé dans le train, comptait par exemple comme colonnes ‘truc qui pue’, ‘à ne pas dire en voyant un bébé moche’, ‘expression tirée du film La Cité de la Peur’, ou ‘injure en verlan’. Bien plus rock que les ‘prénom’, ‘animal’ ou ‘ville’ si classiques.


Après tout, si le succès dans la vie (et par conséquent dans la déconnade) s’obtenait par le respect idiot des règles, d’une, ça se saurait déjà, et de deux, les Allemands domineraient le monde. Or, jusqu’à aujourd'hui, j’ai rarement vu moins fun et olé-olé qu’un Allemand. Donc bon.


Alors ? Ca tente quelqu’un, une petite partie de Jeu de l’Oie ? Mais je vous préviens, vous me laissez gagner hein ? Non parce que sinon…

Posté par Katia_ à 10:22 - C'est grave docteur ? - Commentaires [17]

Compliment du soir, espoir (?)

04 décembre 2009

adoEnfin, "espoir", je sais pas trop...

Hier soir, en m'écoutant me plaindre et geindre pour la huitième fois de la semaine au sujet de ma poussée d'acnée liée à un changement de pilule, Chéribibi m'a d'abord sorti toute sa panoplie de phrases toutes faites (et un peu obligatoires dans ce genre de cas), du style :
- Y'a que toi qui les vois (ouais... mon oeil !)
- Arrête de focaliser (facile à dire)
- Mais tu sais que je t'aime quand même (hé ben ça va alors...)

Finalement, voyant qu'aucune de ces stratégies n'opérait, il a trouvé un nouvel angle d'approche :
"Mais c'est bien, ça te rajeunit, on dirait une adolescente !".

Bon.
C'est pas encore ça, mais y'a du mieux...

(Si quelqu'un sait où s'achète le décodeur des compliments masculins, qu'il me fasse signe rapidement. Merci pour mon couple).

Posté par Katia_ à 09:09 - Chabadabada (Love is in the air) - Commentaires [15]