Gin Fizz

Bulles de vie...

Parigots, têtes de veaux ?

15 novembre 2010

veauJusqu'à hier soir dimanche 18h, je ne savais pas trop ce que j'allais bien pouvoir raconter sur ce blog, et me voyais bien commencer la semaine en laissant honteusement ces pages virtuelles un peu en friche. Oh, ne le prenez pas personnellement, hein, mais comprenez-moi : je viens de passer cinq jours en pleine campagne, à respirer l'air pur pyrénéen, compter les feuilles des arbres qui tombent, sentir le doux soleil de fin d'automne réchauffer mes bras lors d'un ultime petit déjeuner en extérieur, et n'avoir aucune contrainte d'autre ordre que 'je lis d'abord le Elle ou je finis mon bouquin ?', 'apéro vautrée sur le canapé ou dehors face aux montagnes ?', 'jean/baskets ou... jean/baskets ?'. Ah ça, je peux vous dire que les neurones ont été sévèrement au repos pendant ce long week-end.

Et puis il a fallut rentrer.
Refaire son sac, reprendre le train, revenir vers Paris, sa grisaille et sa pluie de novembre.

C'est une fois le pied posé en gare Montparnasse que j'ai compris. Compris comment, en à peine cinq minutes chrono, tous les bienfaits d'un petit break au vert pouvaient s'envoler vite fait bien fait si l'on y prenait pas garde. Comment, en un claquement de doigt, toutes les bonnes ondes accumulées, toutes les heures de repos engrangées, tout le stress chassé, pouvaient, HOP, ZOU, BIM, refaire surface d'un coup d'un seul, pour peu que ma "douce" nature de parisienne reprenne ses droits (ou que je la laisse faire, surtout).

* Gare mal aménagée où les escaliers sont plus nombreux que les escalators (vas-y, paye ton lumbago à porter ta valise à roulettes qui sert à queud').
* Supra-bonne idée du chef de gare de faire coïncider à la même heure sur le même quai une arrivée de méga TGV bondé et un départ très prisé aussi (beaucoup plus drôle de voir tout le monde se télescoper dans tous les sens en courant, quand le quai juste à côté reste totalement désert).
* Montée de ton entre voyageurs sur le tapis roulant qui relie la gare à la station de métro (quelle idée, aussi, de s'étaler et de prendre autant de place sur un tapis de un mètre de large, comme si on était là pour prendre le thé !).
* Engueulades devant les machines à ticket, nan-j'étais-là-avant-vous-et-puis-la-queue-c'est-derrière-et-tu-crois-qu'on-poireaute-tous-pour-que-tu-nous-passes-devant-ducon ?
* Sans compter sur tous les gens qui courent dans tous les sens, qui crient que "c'est par làààààà", "noooon, à gauche", ou qui te collent leurs valises dans les mollets sans s'excuser sous prétexte qu'ils sont super pressés, là, tu vois ?

Dix minutes. Il ne m'aurait pas fallu plus de dix minutes pour perdre tout le bénéfice de cinq jours au grand air, si je m'étais laissée faire.
Sauf que. J'ai été plus forte, ha ha. Enfermée dans ma bulle de positive attitude (Lorie, sors de mon corps !), je suis vaillamment rentrée jusque chez moi malgré un parcours semé d'embûches, résolument convaincue que les bienfaits de mon petit séjour au vert résisteront un poil plus longtemps que quelques heures à peine en terre hostile parisienne.

Alors, à votre avis ? Combien de temps ? Trois jours à peine ? Fin de semaine ? Jusqu'à Noël ? On prend les paris ?


Posté par Katia_ à 09:45 - Chroniques d'une râleuse - Commentaires [16]

Commentaires sur Parigots, têtes de veaux ?

    Allez, un p'tit coup de méthode Couet "je vais bien, tout va bien", et en insistant un peu, ça pourra durer,...allez, jusqu'à dimanche prochain !
    Vade retro Parisienne attitude !

    Posté par MuchiMuchi, 15 novembre 2010 à 10:59 | | Répondre
  • c'est vrai que les retours à la capitale sont toujours rudes et déprimants.

    Un truc qui fout bien le blues aussi, c'est quand tu reviens de l'aéroport par le RER B après une semaine passée au soleil, au calme.

    Allez, c'est pas si grave, pense donc à ton prochain week-end à la campagne ;)

    Posté par annouchka, 15 novembre 2010 à 12:10 | | Répondre
  • Une journée de taf et ce sera perdu, pari tenu :-(

    Posté par Madame Patate, 15 novembre 2010 à 12:22 | | Répondre
  • Trés drole ton petit laius.

    J'avoue la chute est dure, mais on l'aime quand même notre ville polluée pleine de pauvres cons mal elevés sinon on y vivrait pas si?

    Cheers!

    Posté par olithee, 15 novembre 2010 à 13:06 | | Répondre
  • Et encore, là t'étais dans le temple des bretons, réputés les parisiens les plus aimables, attends la suite, ça va être pire !

    La Gare montparnasse c'est le mal absolu pour les handicapés, mère de famille, et voyageuses chargées.
    La seule solution, en sortir vite, et s'offrir le luxe d'un taxi, une fois de temps en temps c'est comme un prolongement des vacances.

    Posté par Dom, 15 novembre 2010 à 14:17 | | Répondre
  • 3 jours ! Tu tiens pas dans ta bulle plus de 3 jours ! Pari tenu :-)

    Posté par kaillasse, 15 novembre 2010 à 15:09 | | Répondre
  • Muchi Muchi > oui c'est un peu de la méthode COuet, mais tant que ça marche, hein !

    Annouchka > clair, le retour en RER après la semaine sous les palmiers, aouch ! par contre, le prochain week-end au vert, c'est pas pour tout de suite, hélaaaaaas...

    Madame Patate > Ah MAIS ! C'est quoi cet optimisme, là ? Hein ? ;-)

    olithee > je sais, je sais... je suis toujours balancée entre ma ville que j'aime et ma vie de fou ici !

    Dom > sérieux, c'est la folie, cette gare ! du grand n'importe quoi, nan ? J'ai hésité sur le coup du taxi, mais vu qu'on était déjà tout en bas près du métro, la perspective de me retaper tous les escaliers en sens inverse pour remonter PLUS me taper la queue (immanquable) devant la borne... bof !

    kaillasse > Rhhaaaaa, rien que pour ça, je tiendrai au moins 4 jours ! Na ! ;)

    Posté par Katia, 15 novembre 2010 à 18:39 | | Répondre
  • Aaaaaaah la vie...........pas du tout reveuse de Paris bon retour a la réalité ma Katia. J'espére que ce week-end d'une semaine ta remis en forme et que tu restera dans ta bulle le plus longtemps possible aller résiste, résiste on est avec toi.

    Posté par micahuete, 15 novembre 2010 à 18:59 | | Répondre
  • pour moi c'est tout vu, t'aurais du rester dans les pynénées!

    Posté par almira gulsh, 16 novembre 2010 à 09:34 | | Répondre
  • micahuète > ah mais je résiste, je résiste !!! ;-)

    almira gulsh > pour moi aussi, c'est tout vu. Mais bon, il parait que c'était pas possible, alors...

    Posté par Katia, 16 novembre 2010 à 15:06 | | Répondre
  • Quelle idée saugrenue

    De rentrer à Paris, faut être un peu maso non??

    Posté par Lance-L-Eau, 17 novembre 2010 à 00:10 | | Répondre
  • Les Pyrénées, c'est sûrement très bien, mais quand on a vécu quelque temps à Paris, on est un peu accro, finalement. C'est comme une drogue, difficile de se sevrer définitivement...
    Moi, j'adore Paris ! (et j'aime aller dans la nature de temps en temps)

    Posté par Pocahontas, 17 novembre 2010 à 10:40 | | Répondre
  • Je suis sûre que tu vas tenir le coup en repensant à ce petit weekend. Et puis Paris ne serait pas Paris sans toutes ces emmerdes, hein !

    Je viens de lire Amsterdam, je ne t'ai pas sentie super emballée... Vive la France et la campagne !

    Posté par Ecologirl, 18 novembre 2010 à 17:12 | | Répondre
  • ...ou parisiens têtes de chiens...(oups pardon c'est ce qu'on dit ici)
    allez lundi matin et la bulle explose
    bon courage

    Posté par difrarel, 21 novembre 2010 à 20:27 | | Répondre
  • Concours New Look sur mon blog. 2 x 5 bons à gagner !

    Posté par kathleen 100% Co, 22 novembre 2010 à 00:21 | | Répondre
  • moi je dis, le max qu'on peut tenir, c'est 1h

    Posté par la belette, 29 avril 2011 à 11:33 | | Répondre
Nouveau commentaire