Gin Fizz

Bulles de vie...

Héros malgré eux

29 septembre 2008

h_ros_1Si j’étais du genre à avoir les chevilles qui enflent facilement, j’aurais de quoi me la péter grave, vous savez ? Heureusement pour vous, ce n’est pas le cas (sauf en période de canicule – saloperie de rétention d’eau), et je vais même vous raconter le pourquoi du comment. Qu’on ne vienne pas me dire après que je n’ai pas su rester simple et accessible, hein.

Invitée avec une douzaine d’autres blogueurs pour le compte de Levi’s, nous participons il y a quelques temps à une grande journée de tournage et de shooting photo pour le prochain site promotionnel du mythique jean 501, autour du concept « live unbuttoned » (vivez déboutonnés).
Oui, alors, non. Je précise tout de suite un truc : on n’a pas passé la journée avec le pantalon sur les chevilles et le cul à l’air, hein. Surtout qu’on ne se connaissait pas tous très bien, ça aurait fait désordre. Leur truc, là, ça voudrait plutôt dire, en gros, « soyez-vous-mêmes, vivez à la cool, no complexes ».

Du coup, on nous a expliqué très joliment que notre liberté de ton et notre franc parlé correspondaient bien aux valeurs véhiculées par Levi’s (ah ?), qu’on représentait chacun à notre façon des « Local Heroes » (oh ?!!) fédérant leur communauté de lecteurs (oh tiens, on parle de vous), et que notre portrait filmé et shooté allait être proposé sur le site (haaaannn), au même titre que celui de nombreux artistes de toute l’Europe (musiciens, graphistes, skaters, designers…).

Bon. Ben déjà, à ce stade, on aurait pu commencer à prendre le melon. Grave. C’est vrai, « Local Heroes », ça la pose là, comme concept. On aurait pu, donc. Mais on n’a pas. Parce qu’après la pommade et les lancers de fleurs, il a fallu passer aux choses sérieuses. Et j’aime autant vous dire que quand il s’agit de faire le guignol devant une caméra ou un objectif, moi, je la ramène beaucoup moins, tout de suite.

Etape 1 : La photo portrait.
Fond neutre, aucun accessoire, projecteur en pleine gueule et objectif à un mètre de moi. Et là, Cyril le photographe, qui me balance « vas-y, fais comme tu le sens ».
??!!?
Ben ça va être très vite vu, mec, vu que je le sens zéro, en gros. Pourtant, c’est pas la première fois que je me retrouve sous les feux de la rampe, mais force est de constater que je n’ai pas progressé d’un iota depuis. Je bouge péniblement, un coup à droite, un coup à gauche. Cyril m’encourage du mieux qu’il le peut. Je le soupçonne d’avoir pris du Tranxène, pour rester calme et patient comme ça face à tant de stress et d’incompétence de ma part. En même temps, si j’étais Claudia Schiffer, je ne serais pas là à vous raconter des conneries sur un blog, donc quelque part, l’ordre du monde est respecté. Quinze minutes plus tard, les clichés sont dans la boite, et le portrait prévu pour le site est choisi. Non, non, non. Ne me demandez pas pourquoi j'ai pris cette pose, je n'en sais RIEN.

shooting_Levi_s_portrait

Etape 2 : La photo en situation.
C’est samedi, il faut beau, nous ne sommes pas loin d’un grand boulevard. Pourquoi ne pas profiter de cet environnement pour réaliser un truc dans l’esprit urbain ? (Bon, ça, c’est pas moi qui réfléchis, c’est Cyril, hein. Moi je me suis contentée d’acquiescer niaisement en me demandant si mon maquillage n’avait pas foutu le camp. Chacun son truc, je dirais). Direction le Boulevard de Sébastopol et son trafic de voitures ininterrompu. L’œil avisé de l’expert repère immédiatement le cadrage qui s’impose. « Ok, on va se mettre au milieu du boulevard, tu marches vers moi, un peu dans l’esprit Sophie Marceau pour la pub Champs Elysées, tu vois ? ». Heu, oui. Sophie Marceau, je vois très bien. Pour le reste, je vois surtout que je suis sur un terre-plein central de cinquante centimètres de large, entre un couloir de bus et trois voies de bagnoles, que le pied de l’objectif empiète très largement sur la chaussée, et qu’à ce rythme-là, dans trois minutes, tout ça va se finir en faits divers. Mais sinon…
Les passants s’arrêtent pour regarder de plus près qui est cette mystérieuse fille qui prend des airs de top-model, les voitures ralentissent et klaxonnent parfois, Cyril crie ses directives pour couvrir le bruit du trafic. Impression étrange d’avoir été projetée en pleine séance de photos mode pour Vogue. Finalement, la photo sera prise durant les quelques secondes où le flot de voitures s’est interrompu. On voit plus trop le lien avec Sophie Marceau, mais c'est évidemment parce que le boulevard de Sébastopol n'a rien à voir avec les Champs Elysées. N'est-ce pas bien sûr. (Ahem...)

Shooting_Levi_s_Situation

Etape 3 : Le tournage du mini film.
Je sanglote, je blémis à présent qu’a sonné l’heure. Sans déconner. Pourquoi vous croyez que j’ai choisi de faire un blog ECRIT moi ? Ben parce que à l’oral, je me sens aussi à l’aise qu’une mouette en bigoudis, si vous voulez savoir. La touche « supprimer » est mon amie, et jusqu’à preuve du contraire, elle n’existe pas encore in real life. Ou alors, on me cache des choses.
Les jambes qui tremblent (à peu près) hors champ, je fais face à la rafale de questions dont on ne verra au final qu’un court montage (ah bah c’était bien la peine de se donner tout ce mal pour tenter d’être drôle et spirituelle, hein ?). Les trois projecteurs braqués sur moi m’aveuglent totalement, et il fait au moins cinquante sept degrés sur le plateau, je le sens aux petites gouttes qui commencent à perler dans mon dos. A moins quece ne soit le résultat de tout ce stress ? Autant dire que ce genre de challenge, c’est un peu comme la visite annuelle chez son dentiste, on est content de l’avoir fait après coup, mais sur le moment, on en bave des ronds de chapeaux, quand même.

Au final, je gigote autant que si j'avais envie de pisser (et pourtant non, je vous rassure), je me suis découvert des gènes italiens vu le nombres de gestes que je fais avec les mains, et je crois pouvoir dire à Laurence Ferrari et à son ombre à paupières mauve qu'elles peuvent rester peinardes : la relève, venant de moi, c'est pas pour tout de suite tout de suite. (Bon, honnêtement, ça aurait pu être pire, aussi...)

Print_screen_Levis

A voir sur www.501.com (c'est un peu long à charger...)

(Hé ouais. Après des mois sans aucune photo sur ce blog, je vous en fais bouffer des kilos d'un coup. C'est moi, ça. Tout dans la mesure...).

Merci aux équipes de Buzz Paradise et Duke, à Cyril Masson pour sa patience d’ange, et au soleil pour avoir été de la partie.
Les blogueurs présents : Romain, Vinz, Cyprien, Mry, Katia, Greg Pouy, Plastie, Sam, Juliette, Gaëtan, Anne-Laure, aZZed, Greg.

 

 

 

Posté par Katia_ à 09:16 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [23]

Million dollar babies

07 septembre 2008

JeuBBOkEn ces temps de rentrée scolaire, on aura beau faire la sourde oreille, force est de constater que ça cause mioches, inscription à la cantine et liste des fournitures à tous les étages.
Pour rester dans la thématique du moment (et aussi parce qu’elles savent qu’on se fait grave chier le dimanche sur la blogosphère), les ménagères vous ont concocté un petit concours de derrière les fagots.

But du truc : reconnaître les blogueuses d’aujourd’hui.derrière 18 photos de gamines* d’hier.
Exprimer vos talents de physionomiste et vos dons de Sherlock Holmes (ou allez y carrément à l’instinct, parfois ça marche bien mieux !) pour retrouver sous les traits de ces baby-babydolls les rédactrices que vous lisez régulièrement. Vous avez même le droit de vous foutre d’elles, c’est prévu dans le contrat de confiance.

Evidemment, si je vous parle du bidule, c’est qu’on m’a menacée de torture que je fais partie de l’opération commando. A mon avis, c’est franchement pas trop difficile de me retrouver sur cette mosaïque, même pour les personnes qui ne m’ont jamais vue et qui ne savent donc pas ce qu’ils ratent. Attention, ceci est un méga indice / Be careful, zi iz a big big clou**.

mosaique
(Oui, c'est tout petit... T'as qu'à cliquer dessus, c'est magique).

« Et qu’est-ce qu’on gagne, madame ? ». Ben écoutez… à peu près que dalle, j’ai l’impression. (Ah ben voilà, on fait un concours pour divertir tout le monde et changer un peu des discours trop marketés sur les blogs, et vous, tout de suite, c’est « quid du cadal ? ». Ah non mais bravo, quoi. Bonjour la mentalité. Vive la France, hein. Vingt sur vingt.)

Jouez donc juste pour la gloire, allez. Ou à la rigueur, parce que vous avez bien mieux à faire de votre dimanche que de mater Vidéo Gag présenté par un type chevelu. (Sérieusement, les gars… à votre âge… Vidéo Gag, quoi, merde…).

… Ouais, je sais. Si, si, je sais. Vous ne connaissez pas tout le monde dans la liste.
Moi non plus, je vous ferais dire. Mais moi, j’ai les solutions, hin hin.

Alors ?
Qui commence ?

(Participent : Azzed - bénédicte - Caju - Calpurnia - Dom et Manou - Gallïane et Elienaï - JulietteKatia Gin FizzLadyblogue - Manu - MH - Sardine - Shalima - Sonia - Spike - Violette)

* Oulala, piège : un garçon s’est glissé dans ce harem de greluches. Unbeulibeubeul** !
** Oui, le dimanche, on parle anglais en phonétique uniquement.

 

Posté par Katia_ à 00:30 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [19]

Reprise des négociations

25 août 2008

rentr_e_1Bon. Ben voilà, hein. Là, je crois qu’on y est. L’heure de la rentrée a sonné. Après un bon petit mois à buller (mais pas que), à ne pas penser au boulot (du tout) et à ne consulter les blogs qu’avec parcimonie (ou presque), me revoilà parmi vous.
Cette année, je vais être cool (et originale) et vous épargner la tirade « ouais, super, soleil, vacances, plage, mer, chaud, fête, bronzage, cocktails, nuits blanches et lunettes noires ». Si, si. Par égard pour tous ceux qui ne sont pas partis cet été, ou pour les 80 % qui se sont retrouvés vacanciers dans un coin où la météo avait décidé de nous la jouer remake des « Parapluies de Cherbourg », on va dire que chut. Sympa, quoi. Pas relou pour deux sous, la fille. Mais bon. C’est surtout que mon bronzage et mes mèches blondes parlent pour moi, je vous ferais remarquer.

Et puis, entre nous, vacances top, certes, mais retour beaucoup moins glamour, si vous voulez tout savoir. Déjà, la journée de dimanche sous la pluie, heu, j’veux dire… si c’était parce que vous pensiez que ça m’avait manqué, fallait pas vous donner ce mal, hein.
Sinon, dans la série « mon appart est magique », il m’en a réservé encore deux bien bonnes, comme comité d’accueil. Déjà, impossible de faire redémarrer cette punaise de chaudière. Forcément, quatre semaines qu’elle roupille, celle-là. Faudrait pas trop lui en demander d’un coup non plus, c’est sûr. Mais la douche froide après cinq heures de train, mmm, un délice. Je conseille à tout le monde.
Seconde bonne surprise, le pétage des plombs durant mon absence. Qui fait donc sauter tous les appareils électriques de la maison. Dont le frigo, quasi vide. Et le congélo, quasi plein. Qui ne l’est pas resté longtemps, hein, plein. Puisque j’ai tout viré dans la seconde (enfin, non… ça m’a bien pris trente minutes pour nettoyer les flaques de glaces fondues qui collaient un peu partout).

Enfin, ne soyons pas trop mauvaise langue, le retour des vacances, c’est aussi :
- Une boîte aux lettres qui déborde de factures, publicités, cartes postales, magazines et nouveaux catalogues de VPC où dépenser son argent
-
Un Netvibes plein à craquer de posts à lire sur les blogs préférés
-
Une messagerie internet dégoulinante de propositions en tout genre : Nouveaux amis Facebook, demandes d’échanges de liens de blogs, Viagra en promo, offres d’écrire le prochain Goncourt, suggestions de partenariats mirobolants (un intrus s’est glissé dans cette liste, saurez-vous le retrouver ?)
-
Des appels en pagaille aux copains pour les debriefs de chacun : apéros et restos programmés pour au moins les trois prochaines semaines
-
Un chat (à peu près) content de retrouver sa maîtresse. Preuve : moins de quinze minutes avant de ronronner.

Me voilà donc repartie pour un tour de manège. Reste plus qu’à remettre la main sur mon foutu réveil. Le problème, c’est que je ne sais pas trop ce que j’ai pu en faire, depuis fin juillet…

Posté par Katia_ à 10:08 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [13]

Allez hop, on y va, en route pour l'aventure

28 janvier 2008

d_part_1C’était long, hein ?

Oui, je sais. Ma petite pause blog aura duré un peu plus de temps que prévu. Mais cette fois on va dire que ça y est, le contact est rétabli. Figurez-vous que Monsieur Free s’est enfin remué les fesses pour raccorder mon nouveau nid à Internet. Bon, évidemment, je me suis ruinée en hotline et j’ai passé des heures à tapoter sur des touches étoile, dièse et autre dans tous les sens (« si vous trouvez que le technicien freebox est un gros con qui ne travaille pas assez vite, appuyez sur la touche 1 »), mais au final, alléluia eurêka mazel tov, ça marche. C’est beau la technique. Ou alors c’est mon charme ravageur et ma voix séduisante ? Allez savoir…

Il s’en est passé de belles, depuis qu’on ne s’est pas parlés, vous et moi.

Déjà, j’ai apprivoisé depuis peu un nouvel appartement, un nouveau quartier, un nouveau mode de vie. Le soleil en pleine fenêtre le matin, vingt minutes seulement de transport pour aller bosser, et l’une des meilleures boulangeries parisiennes en bas de chez moi. Je nageais dans une béatitude quasi complète, jusqu’à ce que je découvre que mes nouveaux voisins ont des rituels nocturnes étranges, et plutôt bruyants. Ceux du dessus, par exemple, sont du genre à détruire tous leurs meubles à coup de batte de baseball, j’ai l’impression. Notez, je ne suis pas aller vérifier, mais en tout cas, niveau décibels, c’est kif-kif. Je suis ra-vie. Surtout quand l’envie leur prend à quatre heures du matin.
Ceux du dessous sont de grands mélomanes qui jouent du piano en chantant et en tapant en rythme avec vigueur. Bon, moi à la base, j’ai rien contre la musique, hein. Mais faudrait encore que ce soit mélodieux. Et là…

Mon chat s’est également fait à sa nouvelle petite vie, en baptisant joyeusement tous les recoins du salon et de la cuisine de belles galettes de croquettes pré-mâchées et revomies. J’adore. Ca pose l’ambiance, tout de suite.

Côté cœur, en revanche, faites vos jeux, rien ne va plus : je me suis séparée de mon mec à moi. A croire que les déménagements me portent la poisse, puisque le précédent m’avait déjà valu une rupture corsée. Je vais peut-être réviser mon feng shui, en fait.
Enfin apparemment, j’ai pas trop à m’en faire : d’après tous les horoscopes que j’ai pu lire, 2008 sera pour les Verseaux l’année du bonheur amoureux et de la félicité. C’est bon, restent encore 338 jours, on a tout le temps. En plus, sacré coup de pot, 2008 est bissextile, c’est toujours ça de pris. Donc maintenant, j’attends, peinarde.

Et sinon, vous ? Ca va comment, depuis tout ce temps ?

Posté par Katia_ à 09:37 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [37]

En passant

07 janvier 2008

traces_1Si ça peut vous rassurer, non, je n’ai pas complètement disparu de la circulation. Mais je prends un peu mon temps, c’est vrai…

C’est surtout que je suis toujours privée de connexion internet dans mon nouveau home sweet home."Encore quinze jours à trois semaines", qui z’ont dit, les gars de chez Free. Le temps pour eux de se faire un ou eux petits baby foots et de finir Super Mario Kart, à mon avis. Sont pas pressés, quoi.

C’est quand même dommage, parce que j’avais des tas de trucs à vous raconter, depuis le temps.

Par exemple, j’aurais pu me vanter que les meubles Ikéa, désormais, je masterise à fond la caisse. Limite si je ne parle pas couramment suédois, même. Mais j’ai quand même du mal à piger comment une simple chaise peut prendre plus de temps à monter que deux immenses étagères. J’ai failli péter une durite trois ou quatre fois. S’il faut avoir fait Polytechnique pour pouvoir dîner à table, non mais où va le monde ?

Ou bien vous dire que c’est fou tout ce qu’on peut entasser dans un petit deux-pièces en sept ans. Mais ça, on ne le réalise vraiment que le jour où il nous prend l’envie saugrenue de déménager. Perso, j’ai réalisé que je n’avais pas moins de quatre bouillottes. Je suis frileuse, oui, ok. Mais quatre ?!!! Faudra qu’on m’explique…

Ou encore vous apprendre que ma nouvelle voisine du dessus est apparemment une femme raffinée et élégante qui braille en permanence des trucs hypers classes du genre "mon cul ouais !" ou "l’enfoiré de sa mère" sur un ton très étudié de poissonnière du dimanche. J’adore. Très Chanel.

Mais pour tout ça, vous devrez patienter encore un peu. Non, non, inutile de chouiner et de taper du pied comme des gamins, je ne supporte pas les gens capricieux.

En attendant, je retourne déballer mes cartons. Là, y’a urgence. Ca fait quinze jours que je cherche mon sèche-cheveux, je vous raconte même pas la tronche que je me trimballe.

Ah, au fait… quand même… bonne année ! Que 2008 vous apporte pleins de bulles !!!

Posté par Katia_ à 10:20 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [41]

Ne quittez pas, un opérateur va reprendre la ligne dans quelques instants...

17 décembre 2007

tel_4Si je veux être parfaitement honnête avec vous, je me dois de vous dire que là, je sature un peu. Et que cette histoire de blog commence vraiment à tourner en rond, à mon sens. Vous l’avez peut-être constaté comme moi, depuis un moment, les billets ici se font plus rares et les réponses aux commentaires moins rapides.

L’envie n’est plus là, ces jours-ci.

Inspiration en fuite, motivation en berne, implication en déroute.

L’atmosphère morose et chaotique de la blogosphère ces derniers temps y est sans doute pour quelque chose aussi. L’ambiance « règlements de comptes à OK Corral », bof, pas trop mon truc.

Et puis il y « la vraie vie », celle dans laquelle on a parfois un boulot hyper prenant, une santé qui nous fait des petites blagues, ou un déménagement qui nous oblige à passer toutes nos soirées à faire des cartons, plutôt qu’à écrire des posts pleins d’humour et d’intelligence comme je sais si bien le faire (y’en a un seul qui rigole, je me vexe, je vous préviens).

L’heure est donc venue de faire un petit break bloguesque et prendre un peu de recul.

(Ca laissera le temps à Free de déplacer ma connexion Internet, parce que là, les enfants, on va pas être aidés, si j’en crois le demeuré profond que j’ai eu au téléphone…)

Non non, pleurez pas comme ça, je reviens, promis.

Et d’ici là, je continue à vous lire, évidemment…

Posté par Katia_ à 12:17 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [43]

Et Dieu créa la flemme

31 juillet 2007

hamac_pieBen là, franchement, ouais. Grosse flemme. Du genre à préférer très clairement glandouiller ailleurs que devant un ordinateur, tu vois ?
Alors du coup, je me suis dit que c’est toi, lecteur, qui allait faire un peu l’animation aujourd’hui. Je sais, je sais, ça fait vraiment feignasse puissance douze de faire ça. Mais après tout, je suis une feignasse. Et puis comme ça, ça ressemblera parfaitement à un post digne du 31 juillet. Même pas mal.
Bon, évidemment, pour ça, faudrait pas que toi et tous tes petits copinous se soient barrés en douce à la plage comme des traîtres, hein ?

Donc aujourd’hui, c’est journée portes ouvertes : t’as le droit de dire tout ce que tu veux à propos de mon blogounet, tant que c’est un chouïa argumenté. Remarques, critiques, suggestions…

T’as le droit, par exemple, de me donner des idées de futurs billets, parce qu’on va pas se voiler la face, y’a quand même des jours où franchement, je me demande bien ce que je vais pouvoir te raconter ici. (T’inquiète, après, je trouve toujours, je suis super forte, comme nana. Mais néanmoins, une petite liste d’idées potentielles, je suis pas contre, tu vois ?)

T’as le droit, aussi, de me dire que c’est complètement crétin d’avoir mis des trucs qui ressemblent à des Mojitos dans ma bannière, alors que mon blog s’appelle GinFizz. Et t’aurais raison, en même temps. (Mais je te répondrais que vu que j’ai déjà mis trois plombes à pondre cette bannière-là, va falloir être patient pour attendre la prochaine. J’ai d’autres priorités sur ma to-do list que d’apprendre Photoshop par cœur, mon biquet…)

Juste deux petits bémols, parce que quand même, je suis de bonne humeur, mais que je tiens à le rester :
-
Les critiques, j’accepte, of course. Mais uniquement avec plan argumentaire détaillé en trois parties (thèse/antithèse/synthèse), citation d’illustration des propos et indication des sources et de la bibliographie en fin de page. Nan parce que sinon, c’est trop facile, quoi…
-
Les insultes gratuites et nases, comme j’ai pu le voir dernièrement… ben là, bizarrement, je suis légèrement moins tolérante. Sérieux, si t’as envie de te défouler les nerfs sur ton clavier, écris plutôt à ton centre des impôts, ton ex qui t’a largué(e) avec la bombasse du coin, ou ton coiffeur qui a foiré son coup. A la limite, copie-nous ton truc dans les commentaires, ça nous fera rire aussi. Mais basta.

Si tu me cherches, je suis juste dans le hamac, en haut à droite, là. Mais t’inquiète, j’ai un peu de temps libre aujourd’hui, je te surveille du coin de l’œil...

Posté par Katia_ à 11:36 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [37]

Déjà...

20 avril 2007

gateau_1Hé ben mes petits loulous, on dirait pas comme ça, mais mine de rien, ça fait déjà un an aujourd’hui que je vous raconte mes aventures passionnantes de pétasse parisienne râleuse et névrosée (ça, c’est de l’autoportrait !).
Un an, 138 billets, et quelques 3726 commentaires plus tard (ce qui nous fait quand même une jolie moyenne de 27 com’ par billet), me voilà devant mon écran, à me demander ce que je vais pouvoir vous écrire.

Je pourrais vous dire « ce blog, c’est une aventure formidable, c’est parti de rien, un coup de tête, comme ça, je ne savais même pas ce que j’allais y raconter, et aujourd’hui c’est comme une drogue, presque une thérapie, le rapport avec les lecteurs est tellement riche, tellement intense »… mais en fait, non. Parce que vous pourriez prendre la grosse tête.

Je pourrais vous dire « ce blog, bien au-delà du simple échange textuel, m’a permis de faire de très belles rencontres, virtuelles et réelles, de lier des liens avec des personnes que je n’aurais sans doute jamais croisées par ailleurs »… mais en fait, non. Parce que les personnes en question le savent déjà, et les autres s’en contrefoutent.

Je pourrais vous dire « ce blog, c’est mon premier pas vers la gloire, le succès et le star system. Déjà quatre manuscrits en route chez l’éditeur, un contact avec un producteur pour l’adaptation télé d’une série dérivée, et une grosse hésitation entre Marion Cotillard et Emmanuelle Béart pour jouer mon propre rôle »… mais en fait, non. Parce que Emmanuelle Béart, franchement, c’est limite. Je suis beaucoup mieux gaulée qu’elle.

Faisons simple. Quelque part, je me dis juste que… bon… vous et moi, ça fonctionne plutôt bien, non ? Alors… je vous en remets une petite part ? :)

Posté par Katia_ à 09:55 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [50]

Mode "pause" OFF

15 mars 2007

bronz_e_2"Voilà, c’est finiiiiii", comme dirait Jean-Louis. Me voici donc de retour, après quelques jours de vacances passés à vitesse supersonique, durant lesquels j’ai :

-
bronzé (un peu)
-
glandé sur la plage (pas mal)
-
dormi / siesté (beaucoup) … (ah oui… beaucoup…)
-
bouquiné (que du Nietzsche et du Kant, naturellement)
-
marché (dans le sable brûlant, sur les traces des tout premiers esclaves africains… ou sur la pointe des pieds en rentrant tard le soir)
-
fait la touriste de base (« clic clac »)
-
saccagé l’idée (surfaite) qu’on se fait de l’allure des Françaises (tongues anti-ampoules, bob anti-cagnard : comment briser un mythe en un claquement de doigt)
-
fait gaffe (à l’eau du robinet, aux oursins, aux moustiques, aux coups de soleil)
-
évité (tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un ordinateur ou même à un minitel. Break, on a dit !)
-
vidé (ma tête, mon sac, mes sandales pleines de sable, mon tube de Biafine)
-
rempli (ma tête –de belles images–, mon verre –de ginfizz–, mon sac –de coquillages–)
-
observé (les baobabs taille XXL, le ballet des oiseaux assoiffés autour de la piscine, l’intensification de mes marques de bronzage)
-
ignoré (les coupures d’eau intempestives, les oursins dans les rochers, les vagues sournoises et glacées de l’océan)
-
dépensé (des calories, de l’énergie, des tonnes de courtoisie pour ne pas acheter un douzième paréo aux vendeurs ambulants)
-
calculé (le décalage horaire avec la France, la conversion euros/francs CFA, le nombre de calories des cochonneries ingurgitées)
-
perdu (du temps dans les aéroports, l’envie de rentrer à Paris, toutes mes parties de Uno)
-
gagné (des souvenirs, des couleurs, un collier porte-bonheur)

Merci pour vos nombreux messages durant mon absence. Je vois que vous avez parfaitement tenu la maison.

Et chez vous, tout s’est bien passé ?

Posté par Katia_ à 08:36 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [40]

Je suis venue vous dire que je m'en vais

01 mars 2007

bye_1Ben ouais... Je m’en vais. Je me tire, je me barre, je fous le camp, je lève l’ancre, je mets les voiles. Cassos, quoi. Voici enfin venu le temps de vacances bien méritées. A moi soleil, plage, palmiers et sable fin (quoi ? nan, je cherche pas à vous faire baver d’envie. Absolument pas. Qu’est-ce qui vous fait penser ça ?).

Oui, je sais ce que vous allez dire. Avec l’activité dé-bor-dante de ce blog durant les derniers quinze jours, vous pensiez sans doute que j’étais DEJA en vacances. Et pourtant, non.
Seulement, il y a parfois des moments où la « real life » reprend le pas sur la virtualité : beaucoup de boulot ajouté à des préoccupations d’ordre personnel m’ont tenue un peu éloignée de la blogosphère ces temps-ci. Et puis, il faut bien le dire aussi, une petite baisse de motivation et d’inspiration. Moins d’envie d’écrire pour raconter mes conneries. L’esprit moins léger et la tête trop remplie pour pouvoir me consacrer pleinement à ces petits billets d’humeur qui alimentent régulièrement mon blog.

Ca arrive. Même aux meilleurs. (Aaaaah, ça va, c’est de l’humour, les gars. Reposez vos cailloux, vos tomates et vos œufs pourris, rangez vos houuuuu-ouuuu dans vos poches. Si on peut plus déconner, aussi…)

« Ce n’est rien, tu le sais bien, le temps passe, ce n’est rien », chantait Julien Clerc. Ben voilà, c’est ça. Très exactement ça. Ce n'est rien, rien de grave en tout cas. J’ai juste besoin d’un peu de temps "off" par rapport à tout ça pour me vider la tête un bon coup et revenir avec plein de nouvelles idées à mettre en mots. D’où les vacances qui tombent ultra-méga à pic (pour ceux qui n’auraient pas pigé).

Ce n’est donc qu’un au revoir mes frères, oui nous nous reverrons mes frères, et dans très peu de temps, je vous le promets ! D’ici là, consommez les Ginfizz avec modération, et méfiez-vous des contrefaçons, comme dirait l’autre ! ;)

Posté par Katia_ à 19:48 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [53]