Gin Fizz

Bulles de vie...

Blog-Notes #3

21 mars 2011

post_it4

SOUTENU :
Le Japon vit des heures bien sombres, nous en sommes tous conscients. Au delà de toute l'aide morale et humanitaire à laquelle chacun peut participer comme il le souhaite, l'art peut également soutenir à sa façon cette sinistre cause. C'est le cas du projet Tsunami, des images pour le Japon, créé à l'initiative de la communauté CFSL (forum créatif consacré au graphisme, à l'illustration, à la bd, au manga, etc).
Un site qui rassemble les dessins et illustrations de nombreux artistes, leur vision du chaos nippon, du besoin d'aide et de la lueur d'espoir devant les images terrifiantes diffusées depuis quelques jours.
Ces dessins sont mis aux enchères, et seront également rassemblés dans un ouvrage collectif, dont tous les bénéfices des ventes iront à l'association Give2Asia, pour l'aide et la reconstruction du Japon. Parce que relayer l'information, c'est déjà aider un peu... (vu chez Caroline, et chez Libé).

krystel_magnitude_9

Krystel – http://krystelblog.blogspot.com/

thibautrassat_japon

Thibaut Rassat – http://thibautrassat.illustrateur.org/

quibe_tsunennemi

Quibe – quibelog.blogspot.com


COUP DE COEUR :

"Prête-moi ta plume..." chantait l'ami Pierrot, dans la comptine bien connue. Ce petit refrain conviendrait parfaitement à la société Porte-Plume, qui conçoit et édite des livres et recueils entièrement personnalisés. L'idée est belle : imaginez tout ce que votre grand-père aurait à raconter, lui qui a vécu deux guerres, deux chocs pétroliers, les années flower power et douze naissances parmi ses descendants ! Quelle belle idée que de lui offrir la possibilité d'écrire sa biographie, pour la partager avec toute sa nombreuse famille ! En se racontant, il confie à des professionnels chargés de mettre en mots et en page sa vie, ses souvenirs, ses anecdotes. Ilustrations et photos viennent compléter l'ouvrage, un beau livre relié et cartonné chargé de mémoire et d'émotion, édité en un ou plusieurs exemplaires.
Le procédé existe aussi autour des recettes de famille, recettes que l'on se transmet souvent de mère en fille, sorte de "patrimoine culinaire" précieux et riche de souvenirs savoureux. Porte-Plume permet là aussi de rassembler au sein d'un bel ouvrage personnalisé, les meilleures recettes de différentes générations, agrémentées de petits récits et souvenirs propres à celles-ci, pour aller au delà du simple recueil culinaire. Un livre "madeleine de Proust" que les membres d'une tribu auront plaisir à transmettre à leurs petits enfants.
Une très jolie idée de cadeau collectif à offrir à ses parents ou grands-parents, et à inscrire dès maintenant sur la liste des idées sympas pour la fête des mères/pères. Chiche, cette année, ça changera du traditionnel bouquet !


JUST FOR THE FUN OF IT :
¿ sɹǝʌuǝ,l à ǝɹıɹɔé ɹıoʌɐs ǝp ʇıɐɹıp snoʌ ɐɔ. Traduction (à lire en renversant la tête) : Ca vous dirait de savoir écrire à l'envers ? Oui, effectivement, ça ne sert à rien, si ce n'est à être drôle. Pour finir ce blog-notes sur un ton un peu plus léger, je vous donne donc les clés de ce procédé : il suffit de se rendre ici, et d'écrire la phrase à transformer pour obtenir la "traduction" en effet miroir. Je vous préviens tout de suite, envoyer un e-mail entier écrit ainsi risque de coller la migraine au destinataire, donc on fait dans le léger et le court. (Et si tout le monde me colle son commentaire en "verlan" sous cet article, j'aime autant vous dire que je ne partagerai plus mes trouvailles avec vous, non mais !).

Allez, bonne semaine à toutes / tous !

Posté par Katia_ à 09:53 - Melting-Po(s)t - Commentaires [5]

Email Diamant (ou j'ai testé pour vous le blanchiment des dents)

31 janvier 2011

dentsRetrouver un sourire ultra bright... Voilà bien une vieille lubie qui me trottait dans la tête depuis des lustres, régulièrement stoppée dans le passage à l'acte par le prix exorbitant pratiqué par mon dentiste ("mmm, non, j'vais plutôt m'offrir quinze jours de vacances, à choisir...") et les techniques un peu olé-olé des cabinets esthétiques qui ont poussé comme des champignons dans les rues de France dernièrement. Et puis une nouvelle offre apparue récemment, sans l'aide de substances (trop ?) chimiques et à un prix d'appel intéressant, m'a fait sauter le pas. C'est donc toute guillerette et détendue que je me suis rendue au centre de blanchiment, la semaine dernière, prête à retrouver mon sourire de star hollywoodienne.

La porte à peine poussée, je suis accueillie par le sourire éclatant et la politesse enjouée de notre hôte, que j'appellerai James pour les besoins narratifs. James est beau gosse, certes, mais surtout digne représentant de son business, avec ses jolies dents blanches bien alignées. A priori, je suis donc au bon endroit pour causer quenottes éclatantes.

James m'installe dans l'un des trois box du cabinet, et me précise le déroulé de la séance. C'est là que je commence à me dire qu'on n'est pas vraiment parti pour une grosse marrade. Moi qui pensais venir me détendre à ma pause déj', je vois bien que je n'ai pas misé sur le bon cheval. (Note personnelle : la prochaine fois, me contenter d'une séance shopping).

On commence par se frotter les dents avec un gel posé sur une mini éponge, afin de déposer toute trace de nourriture et/ou de résidu qui risquerait d'altérer le bon résultat. Je me sens un peu couillonne de me quasi-brosser les dents devant James comme si on se connaissait depuis un bail, d'autant que lui ne se lasse pas de sourire (il a du en voir d'autres, je sais bien), et continue à m'expliquer le processus. Il me dégaine alors une affreuse gouttière en plastoque qu'il remplie d'un gel visqueux, que je vais devoir mordre à belles dents pour bien répartir le produit.

Bon. Quand faut y aller, faut y aller. Et je ne suis pas venue pour enfiler des perles, à ce que je sache. Dont acte. Je mords. Et je me retiens de vomir, aussi, devant la sensation assez étrange de gélatine qui se répand partout dans la bouche. (Je refuse catégoriquement de mirer mon joli look dans le miroir posé en face de moi, sous peine d'avoir envie de me mettre à pleurer, en plus).
James, toujours toutes dents dehors, s'assure que la gouttière est bien placée, et continue à m'expliquer : en me plaçant devant la lumière qui fait agir le produit, je vais devoir sourire le plus possible, "comme si je voulais faire bronzer mes dents". Ah ? Ah oui donc là, je ne vais pas pouvoir dormir peinarde, en fait, c'est ça ? C'est ça.

Impossible pour moi d'articuler le moindre mot. Je marmonne donc un vague "mmmfffpppp" qui pourrait vouloir dire aussi bien "ok j'ai tout compris, ça roule" que "putain mais sortez-moi de là, au secours", et James s'en va, me laissant en tête à tête avec ma gouttière, mon gel visqueux, mon sourire forcé et un superbe film de Yann Arthus-Bertrand pour me distraire (ha ha, c'te blague aussi !)

Pendant près de vingt minutes, je me force donc à sourire de toutes mes dents devant la loupiote bleutée, afin d'optimiser le traitement. Inutile de préciser qu'au bout d'à peine huit, j'ai déjà mal aux maxilaires, et que la jeune femme souriante doit plus ressembler à un poney crispé exhibant ses ratiches.

Diiiiing, le premier round est terminé. James accourt, un grand gobelet à la main, et me demande de retirer la gouttière. Je comprends assez rapidement le pourquoi du comment de la présence du gobelet, à l'énorme filet de bave qui coule en même temps que la gouttière que je retire. Glamour, vous avez dit glamour ? Ah non c'est la porte à côté !
Oui, plus la peine de faire des cachotteries sur le sujet : se faire blanchir les dents est TOUT sauf un acte sensuel et délicat, sachez-le. (James, arrête de me regarder crachouiller ma bave, pitié, j'ai déjà bien assez honte comme ça...).

Une fois l'épisode bave/rinçage de bouche/essuyage terminé, nous voilà repartis pour une nouvelle séance de vingt minutes. Lumière bleue, sourire forcé, film hilarant, tutti quanti...
James passe régulièrement la tête pour demander si tout va bien, et je lui réponds régulièrement un "hunnaaahunnn" courtois.

Au bout de la 3ème et dernière session, je n'en peux littéralement plus de toute cette opération. J'ai l'intérieur de la bouche tout fripé, l'impression d'avoir roulé une mega pelle à un Kiss Kool (rapport au goût mentholé du produit), l'envie d'envoyer bouler James quand il me redemande de sourire à pleines dents, et je connais tout des inondations au Bangladesh, pays cher à Arthus-Bertrand.

Quand sonne enfin l'heure de la délivrance, je suis à deux doigts de
l'infarctus de la mâchoire, et supplie James du regard pour qu'il me débarrasse enfin de tout l'attirail anti-glam'. Re-bavouille, re-crachouille, re-rincage de dents.
Et enfin, tadaaaaammmm, résultats en direct live dans le miroir du cabinet. Wouhaaa, ça flashe ! Mes dents sont effectivement plus blanches, et surtout, leur teinte est bien uniformisée, ce qui donne un bel effet fraicheur et netteté à mon sourire. James me prévient que la teinte va redescendre d'une tonalité d'ici douze heures, mais que je vais garder le bel effet uniformité pendant quatre à cinq mois, en fonction de mon mode de vie (cigarettes, café, thé...).

Hé bien, merci pour tout, au revoir, à la prochaine, bonjour chez vous (vite, partir d'ici, avant qu'on ne me fasse le moindre chantage avec les images volées de ces situations embarrassantes et baveuses que je viens de vivre).

Verdict à dix jours de l'opération : La teinte wouhhaaaaouuu obtenue à la sortie du cabinet est effectivement retombée, peut-être un poil plus que ce que j'espérais, d'ailleurs. Je conserve néanmoins une bonne régularité de teinte sur l'ensemble des dents. Gros bémol cependant en ce qui me concerne : deux endroits des gencives complètement irrités depuis le traitement, que je soigne à grands renforts de gel-pansement et bain de bouche. Je précise que j'ai les gencives ultra sensibles, et que l'amie qui a réalisé le blanchiment en même temps que moi n'a pas rencontré ce problème.
Bilan de l'opération et note personnelle : 6/10.   


Posté par Katia_ à 10:00 - Melting-Po(s)t - Commentaires [14]

Blog-Notes #2

17 janvier 2011

post_it4ENTENDU :
Facebook, bientôt mort ? Peut-être bien... Partant du principe - sans doute assez vrai - que l'on ne peut se lier d'amitié (de VRAIE amitié, j'entends) qu'avec une soixantaine de personnes maximum, l'application Iphone PATH reprend tous les codes du réseau social, à la différence qu'elle ne vous permet de sélectionner que cinquante ami(e)s. Pas un de plus.  Il va donc falloir la jouer serrer. Ouste la vieille cousine amie sur Facebook avec qui on ne cause que tous les 36 du mois pour parler cadeau collectif de mariage de famille. Dehors les vagues copinous des années lycée à qui on n'a plus jamais adressé la parole, sortis des traditionnels "et tu deviens quoi, sinon ?". Du balai, les relous croisés en soirées et autres cocktails pseudo-mondains, dont on s'est juste échangés le nom pour faire grossir le chiffre de notre compteur friendien (oui, ce mot n'existe pas, et alors ?). Le bon vieil adage "la qualité, pas la quantité", ça vous dit quelque chose ?


TESTE :
Envoyer un mail à mon moi futur. En ce début d'année, je ne prendrai pas de bonnes résolutions (vu que je ne les tiens pas plus loin que le 12 Janvier, soyons honnête), mais je me suis dit qu'un petit bilan sur moi-même était peut-être plus approprié. Sauf qu'au lieu de le consigner dans un journal intime que je n'ai pas, ou de le griffonner sur un carnet que je vais clairement paumer dans le bordel ambiant des tiroirs de mon bureau, j'ai préféré recourir à la technique so mignonne du site www.futureme.org, qui propose de s'envoyer un mail à une date future. Dans un mois, un an, cinq ans (suspemmmmmssss), je recevrai donc ce message mystérieux que je me suis écrit à moi-même, et qui retrace au moment M mon petit bilan de vie, mes envies, mes attentes et mes rêves futurs. Aurai-je évolué ? (je me le souhaite). Aurai-je accompli une partie de ce que j'ai en tête ces temps-ci ? (je me le souhaite aussi !)...
Bon, pour faire simple et plus léger, on peut aussi juste se souhaiter un joyeux anniversaire, s'envoyer une photo de soi avant régime, faire un cahier de grossesse ou de naissance en s'envoyant régulièrement des mails à une date clé très lointaine... que sais-je encore !
(Adresse de site trouvée dans le fabuleux livre My Little Paris dont je vous ai déjà parlé)


COUP DE COEUR :

Les addicts aux vernis à ongles passaient déjà pas mal de temps à argumenter en faveur du rouge pétant so glam et femme fatale ou du marron taupe so chic et raffiné, à grands coups de référence de vernis Chanel, OPI et consorts. Dior relance tous les débats, avec sa nouvelle collection de 3 vernis City Gris, inspiré des 3 métropoles les plus fashion et tendance : Paris, of course, incarne le gris Montaigne sobre et chic, comme l'avenue du même nom. Londres évoque l'emblématique brouillard dans un gris teinté de reflet bleus, nommé Bond Street. New-York, quant à elle, inspire l'asphalte luisant et le reflet des buildings dans un gris métallisé très stylé, NY 57th (du nom de l'adresse mythique de la boutique Dior à NY).

GrisCity_DIOR


Mes pauvres petites mimines ont trop souffert de stress dernièrement pour que je vous inflige la photo des knakis peinturlurées avec ces petites merveilles chromatiques, mais je vous poste une photo du gris Montaigne porté (mon coup de coeur) dès que possible.


TO COME :
Et comme cette rubrique s'appelle "Blog-Notes", j'ai bien le droit d'y parler de mon blog, et de vous dire que, si tout se passe bien, j'aurai très prochainement une nouvelle jolie bannière ici, qui remplacera l'actuelle, déjà en place depuis.. pfouuuu... plus de 4 ans ! (c'est une honte !). Quelque chose de plus simple, de plus classique (terminées, les multiples petites photos fourre-tout) mais peut-être de plus sobre aussi, qui correspond sans doute plus à mon "moi blogueuse" actuel. Pour le reste, on ne change rien. Vous, moi, les billets d'humeur, les petites notes sur les coups de coeur ou les coups de gueule, les concours de temps en temps, et tutti va bene !

Excellente semaine à toutes / tous !

 

Posté par Katia_ à 09:45 - Melting-Po(s)t - Commentaires [14]

Happy 2011 !

04 janvier 2011

chaussetteOuf. Ca y est. Une fois de plus, les fêtes sont derrière nous. On est tranquille pour un bon moment avant de recommencer la sempiternelle course aux cadeaux, et la quête du menu parfait à la fois traditionnel MAIS original. Pffioouuu...

Manque plus qu'on débarrasse tous les sapins agonisants dans les caniveaux et que les centaines de cadavres de bouteilles de champagne entassés au pied des bennes de recyclage du verre soient embarquées, et zou, on pourra définitivement considérer que l'année 2011 est bel et bien lancée !

Oui, vous l'aurez compris, cette période est loin d'être ma préférée de l'année, je suis définitivement plus une fille de l'été. Mais ça ne m'empêchera pas de vous souhaiter une nouvelle année pétillante, chavirante et enivrante, pleine de douceur et de petites folies, de soleil et de confettis, de chamallows et de chantilly !

Et j'en profite au passage pour vous remercier de continuer à lire mes petites bulles de vie depuis bientôt 5 ans déjà, bon gré mal gré, en fonction de l'inspiration, des envies, du temps disponible, ou des aléas de la vie.

Très belle année 2011 à toutes et tous !

Posté par Katia_ à 11:16 - Melting-Po(s)t - Commentaires [23]

Oh mon Bento-oooo, tu es le plus beau des Bentos !

13 décembre 2010

Colis_(Attention, note à forte teneur en kawaïeries).

Ma dernière lubie arrive tout droit du Japon. De Kyoto, pour être précise. Tout ça parce qu'un beau jour, partant du constat qu'on avait au bureau une bien belle cuisine équipée d'un micro-ondes, mais pas des tonnes de petits endroits où déjeuner dans le quartier (sans y perdre un bras et un oeil, j'entends), j'ai décrété que j'avais absolument besoin d'un bento.
"Gnééé ?", "qu'est-ce qu'elle dit, la dame ?". Mais siiiii, un BEN-TO. Une jolie boîte japonaise dans laquelle on colle son repas ou son pique-nique, mais mille fois plus belle qu'un moche tuperware. Le genre de truc qui file direct la classe devant les collègues, quoi.

J'ai donc ardemment arpenté les pages virtuelles de mon ordinateur (ceux qui me rétorqueront qu'on trouve des Bentos à la pelle dans le quartier des restos japonais - soit à deux pas du bureau - seront à tout jamais bannis de ce blog, au motif de n'avoir définitivement PAS compris le fonctionnement tortueux d'une fille comme moi), pour finir par atterrir chez Bento&Co, bien joli site tout choupi, chez qui j'ai immédiatement trouvé mon bonheur.

Bien entendu, j'ai rajouté pleins de merdouilles à ma commande, en plus du bento initialement prévu. Ils sont fourbes, ces japonais, je ne vous dis pas. Et vas-y que je te colle des tas de trucs rigolos et colorés tout girly partout. Ca n'a pas loupé, je suis tombée dans le panneau direct ! "Ajouter au panier" ? Oui !

Et du coup, tadaaaaammmmmmm, voilà mon nouveau tout joli tuperware top chic qui se la raconte trop :

bento1

bento_2
Des petites fioles / bouteilles pour transporter de la sauce (genre, je vais faire ma vinaigrette. Genre.)

Bento_3
Des séparateurs d'aliments, pour que le riz n'aille pas fricoter de trop près avec les petits pois !

bento_4
Avouez qu'elle a de la gueule, ma lunch-box, non ?

Bon.
OK.
J'admets.
Tout ceci ne fait pas très "working girl trentenaire" ni "executive woman à responsabilités". Soit.
Mais quand même... des séparateurs en forme de lapin, quoi ! Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Posté par Katia_ à 10:00 - Melting-Po(s)t - Commentaires [16]
Tags : , , , ,

Blog-Notes #1

24 septembre 2010

post_it4LU :
Plus besoin de se ruiner pour faire la chasse aux rides ! Le dernier numéro de "60 millions de Consommateurs" (daté de septembre 2010) a classé dix crèmes anti-rides toutes marques confondues (luxe, grande conso, pharma...). Et, ô surprise, les grandes gagnantes de ce test ne sont pas forcément les plus chères, puisque ce sont les crèmes Cosmétiques de chez Carrefour, et Revitalift de L'Oreal Paris, qui arrivent en tête du classement. L'article détaille que ces deux marques proposent un excellent rapport qualité-prix, et obtiennent, tous critères confondus, une note de 14/20. J'ai personnellement en mémoire le petit pot rouge de Revitalift qui trônait dans la salle de bain de ma mère, et je me dis qu'elle avait déjà vu juste, il y a une dizaine d'années. Bien ouej, mummy !

ENTENDU :
Capture_d__cran_2010_09_23___20Le nouvel album de Cocoon, "Where the Oceans end", qui sortira dans les bacs le 25 Octobre. Je n'avais pas vraiment pris la peine de découvrir le premier, "My friends all died in a plane crash" (super fendard, le programme !), mais je savais que j'aimais ce groupe pour avoir entendu leurs voix et leur style sur des albums dérivés genre Paris Dernière ou des spots publicitaires. Ce second album m'a terriblement séduite. Je suis nulle pour retranscrire en mots des émotions, ou parler d'un film, livre ou disque que j'ai aimé, mais je sais que "Where the Oceans end" va m'accompagner souvent ces prochaines semaines, et remplacer mon sacro-saint disque-de-fond-sonore-de-quand-j'ai-des-invités-et-que-je-sais-pas-quoi-mettre, qui tournait jusque là entre Jack Johnson et Paris Dernière (toute la collec').
Cocoon, "Where the Oceans end", Sortie le 25/10. Plus d'infos (et des extraits) ici.

LU :
Le site qui m'occupe cinq minutes quand je veux déconnecter : J'aime / J'aime pas. "Les petites phrases de tous les jours". Un recueil de citations, phrases-choc, maximes détournées qui alimentent notre quotidien. Tout n'est pas drôle, of course, mais j'ai particulièrement aimé :
- "Ma mère m'a toujours dit qu'il y aurait des jours comme aujourd'hui, mais elle ne m'a jamais dit qu'il y en aurait autant".
- "Tousse pour un, rhume pour tous !"
- "Les clients ont leurs raisons que souvent, la raison ignore. Parole d'agence" (Celui-là, c'est une dédicace pour mes collègues).
Allez-y faire un petit tour à l'occasion : www.jaimejaimepas.com

ClarinsVU :
La fameuse Eau Dynamisante de Clarins s'habille d'un coeur XXL tagué à grands coups de couleurs vives pour son modèle collector 2010. Le produit n'est pas nouveau, mais reste un incontournable de ma salle de bain ET de mon sac de sport (parce que ouiiii, je fais du sport). Cerise sur le cupcake, chaque flacon Eau Dynamisante Collector vendu permet de reverser 5 euros à des associations en faveur d'enfants. Une bonne odeur ET une bonne action !

Bon week-end, everyone !

 

A Paris, en vél'eau

23 août 2010

v_lo2Je vous racontais dernièrement que, face à quelques kilos en trop, je m'étais mise aux bonnes résolutions, et surtout, au sport (au quoi ?) (je sais). Ma dernière lubie en date se nomme donc Aquabiking. Vélo dans l'eau, si tu traduis à peu près les mots. "Ach, mais, qu'est-ce donc que cette affaire-là", vous demandez-vous fort à propos. En gros, tu crois que tu vas à la piscine faire des longueurs de brasse, mais en fait, non, tu pédales sur une bicyclette clouée au fond du bassin. Gnééé ? Ou bien, si vous prenez le problème de l'autre côté : tu crois que tu vas louer un Vélib', mais en fait, tu te retrouves sur ton vélo quasi à oualpé, trempée, et le maillot collé à la selle. Oui, chelou, je ne vous le fais pas dire.

L'idée de génie (n'ayons pas peur des grands mots) vient des stayyyyytsss (comme par hasard) et fait kind of fureur là-bas. Tu m'étonnes, Elton. C'est pas comme si c'était pas rigolo de voir dix gonzesses en maillot fluo s'agiter comme des dindes sur des pseudo-pédalos. Et ca change un peu des working-girls en tenue ultra-fit-perform-tech (ou un truc dans le genre) suer avec classe sur leur tapis de course en aluminium brossé. Même pas drôles, ces meufs.

Donc, bref, j'avais décidé de me lancer dans l'aventure moi-même, fortement conseillée par un kiné un peu loufoque qui jugeait que ce type de sport achèverait en beauté ma rééducation de genou fragile.
Me voilà donc devant la salle de sport un certain jour de juin dernier, mon maillot Décathlon en bandoulière, et mon sourire de cintre accroché en pleine face. (Autant se faire des copines de galère, non ?).

Déjà, faut savoir un truc : l'aqua-bike, c'est un concept qui ne cause qu'aux nénettes, apparemment, vu le pourcentage de mâles au sein de l'établissement. Et, ô bonheur, le seul mâle s'avère être... le prof. (Ah ça, pour pédaler en statique au fond d'un bassin, y'a personne, mais quand il s'agit de brailler des ordres sur un troupeau de maillots colorés, ça fait la queue devant la porte, hein ?!!).

Nous nous changeons toutes les huit en silence, avant de rejoindre nos vélos immergés dans le bassin chloré. La musique commence, c'est parti pour 45 minutes d'exercices variés. Pédalage classique sur un rythme de plus en plus soutenu, pour échauffer les muscles. Puis combinaison de postures assise, debout, en équilibre... pour varier les plaisirs. (Tu parles. Ca chauffe, point). Les visages souriants et détendus du début de cours sont désormais rougeauds et dégoulinants de sueur.
A mi-cours, petite pause sur les jambes pour s'attaquer aux bras. Des haltères et des planches font office d'instruments de torture pour nous extorquer quelques menus centimètres de gras placé - on ne sait trop comment - juste à la place des biceps. Dans les rangs, j'aime autant vous dire que ca grimace sec. Seul le prof, ce traître, garde le sourire du haut de sa selle. Et perso, je ne peux plus saquer Rihanna qui nous saoule avec son umbrella-ella-ella, parce que tant qu'elle chante, on ne doit pas lâcher.
Pour finir en apothéose, on reprend le pédalage sur un rythme ultra soutenu, au son des "plus vite, plus vite, pluvite, pluvitpluvitpluvit" du tyran. Quelques abdos pour parfaire le tout (et dieu seul sait qu'on peut donc faire des abdos sur un vélo, faut juste voir la pause, quoi !), et la séance se conclue par quelques étirements anti-courbatures. Ensuite, zou, à la douche !

Bilan : Je suis fourbue. Même plus la force de faire mes sourires de copinage à mes soeurs de galère. M'en fous, vite, une douche, un doliprane et au dodo. Sauf que, étrangement, passé l'effet des quinze minutes de reprise de souffle et de tronche humaine, les premiers bienfaits se font déjà sentir. Je me sens plus légère et reboostée. Et je confirme que les courbatures n'ont pas eu raison de moi le lendemain, alors que je sais (oh, oui, je sais) que tous mes muscles ont bien travaillé.

Avantages : Un sport complet // L'apesanteur fait travailler les muscles en douceur // L'eau draine et masse les jambes, idéal pour les jambes lourdes et les problèmes de circulation // Le cours affiche complet à 9 participantes, on est loin des troupeaux de masse de certains clubs de gym.

Inconvénients : Besoin d'un minimum d'intendance au niveau de la présentation (épilation au poil (ah ah) pour les séances, et besoin impératif de rebrushing après, vu l'humidité ambiante) // Sport victime de son succès : les places se font rares, et j'ai déjà personnellement du réserver jusqu'à un mois à l'avance pour pouvoir faire mon cours // Le prix ! Environ 30 euros la séance de 45 minutes, moins si on s'abonne au forfait de 10 cours.

En toute sincérité, j'imagine que cette nouvelle lubie ne durera pour moi que le temps de terminer mon abonnement, et que le prix élevé et le manque de créneaux compatibles avec mon emploi du temps me feront rapidement aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte. J'ai d'ailleurs déjà ma p'tite idée, hé hé...

(PS : Et non, j'ai pas fait de faute à mon titre, c'est fait n'exeuprès !).

Posté par Katia_ à 09:30 - Melting-Po(s)t - Commentaires [12]

Attention, look méchant

09 août 2010

Il est de notoriété publique que Paris est la capitale mondiale de l'élégance et de la mode. Et j'aime autant vous dire que vous n'avez pas intérêt à déconner avec le concept. Pour preuve, cette petite affichette posée à l'entrée d'une boutique de mode, rue des Rosiers, dans le Marais, à Paris. Mes p'tites dames, vous serez mignonnes de faire attention à vos tenues !

photo

Ha ha, quand même ! Non ?

Si.

Les résultats du concours Taillefine Smartbox sont annoncés en fin du billet concerné. Hop hop hop, on checke. Et si ce n'est pas vous l'heureux/se élu(e), on ne tire pas la tronche pour autant ! Un nouveau petit concours bôôôôôté est à prévoir très vite ici. ;-)

Posté par Katia_ à 09:08 - Melting-Po(s)t - Commentaires [19]

Coup de coeur pour... Dealissime !

28 juin 2010

Capture_d__cran_2010_06_22___23Une fois que je vous aurai parlé du site topissime que j'ai récemment découvert, il y a deux chances sur trois pour que vous me haïssiez. Vous, ou à plus forte raison, votre banquier... :-)

Partant du principe qu'il est toujours plus facile d'obtenir un bon prix si on est plusieurs à acheter le même produit, Tatiana et Lara, deux anciennes avocates, ont fait le pari de réunir en un seul lieu (virtuel) toute une communauté d'acheteuses à l'affut du bon plan et de prix négociés obtenus grâce au principe de l'achat groupé. Leur site Dealissime.com est ainsi né.

Le procédé est tout simple. Chaque jour, Dealissime propose un "deal" différent à un prix négocié à l'avance. L'achat de ce deal ne sera validé qu'à partir du moment où un nombre minimum d'acheteurs s'engage à passer commande.
Ex : Un soin éclat du visage au Spa des Cinq Mondes, proposé à 40 euros au lieu de 74, si au moins 20 personnes achètent ce soin. Les premiers acheteurs indiquent qu'ils sont partants en posant un option sur le deal. Une fois le quota de personnes atteint, le deal est validé pour tous ses acheteurs en option, et reste bien entendu accessible à toute personne intéressée, durant une période limitée. Facile, non ?

Quelques exemples de deals récents qui m'ont sévèrement fait de l'oeil :
- un brunch aux Jardins du Marais, pour 15 euros au lieu de 30
- une initiation à la Zumba avec un cours payé 5 euros au lieu de 10
- une demi-journée en spa + un massage du dos à l'institut Payot, à 70 euros au lieu de 145
- un cours de cuisine avec un vrai chef à 35 euros au lieu de 50
- un atelier "création de parfum" à 75 euros au lieu de 125
...

Chaque matin, dans ma boîte aux lettres, m'attend le petit message de Dealissime annonçant le deal du jour. Deux fois sur trois, j'ai envie de craquer, et ne me retiens que parce que, peut-être, le deal du lendemain sera encore plus attirant. Une vraie drogue !

Évidemment, le concept est pour le moment essentiellement centré sur les parisiennes, car la majorité des deals proposés concerne des adresses de la capitale. Mais mais mais... il est possible que les offres évoluent très rapidement. Restez à l'affût !

Plus d'infos : www.dealissime.com

Article absolument non sponsorisé, si ce n'est par le coup coeur perso ! :-)



Marie dans le métro (coup de coeur pour le blog 'l'inconnu du métro")

21 avril 2010

m_trom_trom_tro_L'idée de départ était simple. Et pourtant, il fallait la trouver...
Marie Dinkle, 25 ans, a choisi de créer un blog présentant chaque jour un inconnu du métro, pris en photo par elle-même, à propos duquel elle raconte une mini biographie improvisée entre deux stations.
C'est frais, c'est simple, ça humanise considérablement ces transports quotidiens que de nombreux parisiens effectuent chaque jour en tirant la tronche, l'ipod sur les oreilles et le regard dans le vague.
Jolies tranches de vie prises sur le vif. J'apprécie beaucoup !

Morceaux choisis :
Luna, 7 ans : "Je lui demande si sa maman est la plus géniale des mamans. Elle me regarde comme si j’étais franchement niaise et me répond: « Oui enfin pas vraiment hein! » A côté sa maman rit beaucoup... "

Adeline, 18 ans : "
La seule chose qu’Adeline n’aime pas dans le métro ce sont les gens qui l’empêche de sortir (nous avons tous vécu cette situation des plus angoissante ou l’on se transforme en farfadet hystérique luttant pour sa survie)."

Maria, 64 ans : "Quand je demande à Maria si elle veut bien poser pour moi et répondre à mes questions pour mon blog, la seule chose qu’elle veut savoir c’est si elle va finir au journal de 20h00. J’ai presque envie de le lui faire croire."

La suite chez Marie : linconnudumetro


Posté par Katia_ à 13:05 - Melting-Po(s)t - Commentaires [14]
Tags : , , , , ,