Gin Fizz

Bulles de vie...

Voir Venice et mourir (#2 : Côte Pacifique jusqu'à L.A)

01 septembre 2011

Los Angeles Venice Beach

Après bien des embrouilles avec les compagnies aériennes, des vols retardés ou repoussés et des sièges en surbooking obtenus à la sueur de notre front (merci, c'était bien la peine de baliser le sujet des mois à l'avance), notre road-trip a enfin pu commencer depuis l'aéroport de San Francisco. Nous récupérons la voiture de location (un paquebot !), checkons l'itinéraire et hop, roulez roulez petits bolides, en avant toute ! Direction la côte pacifique par la superbe highway 1, vers notre première escale, Monterey.

Hélas, le beau temps n'est pas de la partie pour nos premiers pas américains. C'est d'ailleurs le propre des villes côtières de Californie, où le climat très chaud et sec de l'intérieur des terres "affronte" l'air marin plus frais de l'océan Pacifique, donnant lieu à un temps souvent brumeux, couvert et humide (d'où, par ex., le fameux brouillard de San Francisco).

Peu importe, car notre première visite sera le très bel Aquarium de Monterey. ("Quoi, elle est partie mater les poissons sous verre à l'autre bout du monde, la fille ?". Tssss, sachez que cet aquarium est connu comme l'un des plus riche et beau de la planète, rien de moins. Et y'avait même des loutres, alors bon...). Allez, je vous épargne les tonnes de photos un peu gnian-gnian ("ohhh mais regarde, il est trop choupi le pingouin"), je vous fais juste partager rapidement les superbes méduses, les tortues, et une espèce d'hippocampe assez esthétique, ma foi.

Méduses

Tortue     Hippocampe


Nous passons quelques heures à visiter la ville, ainsi que sa voisine, Carmel-by-the-sea. Au programme également, la fameuse 17 Miles Drive (une très belle route qui longe la mer), et la superbe réserve de Point Lobos, espace protégé peuplé de loutres, lions de mer et pélicans. Puis direction Big Sur, rencontre des montagnes et des vagues déchaînées dans un paysage sauvage, l'une des perles de cette fameuse route 1 empruntée autrefois par Jack Kerouac ou Henry Miller. Les photos sans soleil (et sous trois pulls) ne rendent malheureusement pas hommage à la beauté des lieux, je réduis donc au minimum ici. Mais j'insiste : c'était très très beau, et j'aurais aimé y passer plus de temps.

Big Sur


De Santa Barbara, nous ne verrons rien, si ce n'est la longue avenue principale arpentée de long en large à la recherche d'un endroit où manger un bout encore ouvert passé 21h (je sais... ne dites rien, ça m'a déjà énervée suffisamment sur place), et quelques palmiers bercés par une douce pluie matinale, car nous décollons à l'aube pour partir vers la première grosse étape du voyage : Los Angeles.

Ville composée de plusieurs banlieues accolées les unes aux autres, L. A. ne se visite pas à pied (ou alors, prévoyez quinze jours, et le stock de Compeed). Tout y est démesuré : les distances, les voitures, les panneaux publicitaires... Nous attaquons la visite par le so famous Walk of Fame sur Hollywood Boulevard, qui se révèle être un simple trottoir un peu crasseux et bardé de touristes en goguette. L'étoile de Michaël Jackson est prise d'assault pour les photos souvenir, celle de Céline Dion nettement moins, bizarrement. Puis, après une rapide balade sur Rodeo Drive et dans les collines de Beverly Hills, nous mettons le cap vers le plus haut point de la ville, l'Observatoire du Griffith Park, pour observer le soleil se coucher sur le Hollywood Sign, et la ville s'illuminer à perte de vue.

 Hollywood Boulevard Los Angeles

Walk of Fame Hollywood Boulevard Los Angeles     El Capitan Hollywood Boulevard Los Angeles

Los Angeles

Los Angeles    Hollywood Sign Los Angeles

Hollywood Sign Los Angeles

Los Angeles

Lendemain, journée plage et découverte du bord de mer. Venice Beach, à nous deux ! Malgré le ciel encore un peu couvert, nous partons en quête des canaux de Venice, reconstitution utopique de la vraie Venise italienne. Petite enclave bobo au milieu de l'agitation populaire des plages, ce quartier se révèle un véritable coup de coeur : des petites allées, des petits ponts parmi des maisons parfois anciennes et charmantes, ou des demeures plus modernes à l'architecture assumée. Partout, des fleurs, des arbres, et du calme. Et, ô surprise, au détour d'un canal, nous croisons Owen Wilson, son bébé dans les bras et sa casquette vissée sur la tête.

Retour sur la plage. Nous louons un tandem (grande première pour moi, mais en fait, c'est plutôt cool) pour remonter la grande plage ponctuée de cabanes de maîtres nageurs sauveteurs (oui, ils sont vraiment habillés en rouge), traversant l'animation de la grande avenue du bord de mer, ses terrains de basket, ses rampes de skate, jusqu'au Pier de Santa Monica et sa fameuse grande roue. Plutôt qu'un tour de manège, nous préférons un rapide plouf dans les eaux froides de l'océan pacifique. (En fait, je mens. J'ai juste trempé les orteils, c'était vraiment trop froid pour moi). Balade sur le Abbott Boulevard, artère principale branchouille de la ville, avant de finir la soirée à nouveau vers les canaux, histoire de respirer l'ambiance à la nuit tombée.

Los Angeles Venice Beach plage lifeguard

Los Angeles Venice Beach

Venice

venice 3     venice 5

venice 4

Venice Beach

Venice Beach     Venice Beach

Venice Beach

Venice Beach     cannabis Venice Beach

Venice Beach

Venice Beach     Venice Beach

Venice Beach     Venice Beach

 P.S : C'est affreux, ce billet est tellement long que je pense avoir perdu 90 % des lecteurs en cours de route ! Vous êtes toujours là ? Vous avez tout lu ? On fait plus court la prochaine fois ? (Je promets rien, en même temps...)

 


Thousand miles away (Road Trip #1)

29 août 2011

P1030042

Ayé. Terminé, le beau voyage. Déjà de retour à Paris, la tête pleine de nouveaux souvenirs, avec près de 3 000 photos à trier, archiver, classer et imprimer. Une broutille, quoi.
Vingt jours de road-trip, et environ 5 000 kilomètres au compteur de la voiture, nous auront fait évidemment traverser des paysages tous plus grandioses et variés les uns que les autres :

* les champs de Californie s'étendant à perte de vue, ponctués d'éoliennes tournant à pleine vitesse
* les déserts d'Arizona, immenses étendues de cailloux secs et inhospitaliers
* les hauts plateaux du Colorado, accueillant dans ses failles LE fameux et incontournable Grand Canyon (situé en Arizona, pourtant)
* les plaines d'Utah, bordées de ranchs et d'élevages de chevaux et de bisons
* les forêts de pins et de séquoias géants caractéristiques de la Basse Sierra Nevada

Et bien sûr, toutes les beautés grandioses que le grand ouest américain réserve : Monument Valley, Yosemite Park, Bryce Canyon, Zion Park, Antelope Canyon, le Lake Powell, Death Valley...
Ajoutez à cela les traversées de petites villes typiques de l'amérique profonde, des stations balnéaires chics de la côte pacifique, l'oasis créée de toute pièce en plein désert qu'est Las Vegas, et les deux stars incontournables de Californie : Los Angeles et San Francisco.
Au final, un voyage fabuleux dans le Grand Ouest, à la fois sauvage et hostile, mais aussi scintillant des paillettes du star system et de l'argent qui coule à flots. Un parfait et savant mélange de nature à perte de vue, et d'urbanisme en tout genre.

Je n'aurai évidemment pas assez d'un post ici pour vous faire partager l'ensemble de mes découvertes et coups de coeur, et compte bien y consacrer quelques billets dans les jours et semaines à venir (sans forcément ne parler que de ça, au risque de vous gaver un peu vite). Laissez-moi simplement le temps de reprendre mes marques, et surtout de trier ces fameuses centaines de photos afin d'en faire un chouette résumé.

Je vous laisse avec quelques clichés, sorte de petit patchwork d'instantanés pris à l'Iphone, pour vous donner un avant-goût. Pour répondre à vos questions du précédent billet au sujet du fameux road-book ("mon précieux..."), je n'ai utilisé aucune technique précise ou logiciel adapté. Il résulte seulement de la compilation de toutes les données rassemblées (itinéraires, mails de réservation des hotels, copié-collé de textes de présentation des principaux points de visites, cartes des parcs et plans des villes traversées...), que j'ai patiemment imprimées et fait relier chez un Copy-Top, après y avoir rajouté, pour le fun, une jolie couverture visuelle. Rien de plus ! Mais je dois dire qu'il a été notre allié le plus important, avec nos deux guides du Routard.


Santa Monica Beach Bodie, Ghost Town, California

Sur les routes Hotel du vieux Las Vegas

Diner, Kanab, Utah Diner 2, Kanab, Utah Breakfast time

_Le dromadaire_, Monument Valley Bisons, en Utah

Ombre sur les roches de HorseshoeBend Yosemite

 

Instantané #7 - Road Tripping

04 juillet 2011

2011 sera résolument l'année des voyages qui me tiennent à coeur ! Après la découverte du paradis Maldivien en mars dernier, c'est vers la Californie que nous nous envolerons dans un mois, pour un périple de trois semaines dans tout le grand ouest américain.

photo(1)


Au programme, entre autre :
* La côte ouest de San Francisco à Los Angeles : Monterey, Carmel, Big Sur, San Luis Obispo, Santa Barbaraaaaaaa (je vous dirai pourquoi, j'ai le mal de vivreuuu)*...
* Les grands parcs nationaux : Grand Canyon, Bryce Canyon, Death Valley, Lake Powell, Antelope Canyon, Zion, Monument Valley, Yosemite...
* Les strass de Las Vegas et les Palaces-Casino du Strip

A un mois du grand départ, toutes les étapes du parcours sont décidées, tous les hotels bookés (période de grande affluence oblige, impossible de s'y prendre au tout dernier moment), la Jeep Cherokee réservée (et là, Chéribibi se marre en douce parce que je lui ai demandé trois fois le nom de la caisse, pour ne pas écrire juste "voiture").
Il ne reste plus qu'à dévorer en détails les guides pour y noter toutes les astuces, les bons plans, les tips qui rendront notre voyage plus agréable encore. Et puis aussi, préparer la playlist qui tournera en boucle dans la voiture.
Les préparatifs, presque le meilleur dans un voyage prévu (et souhaité depuis siiiiii longtemps !).

Je commence à faire chauffer la mini-caméra et l'appareil photo, et je compte les jours ! J-33 avant le grand départ...

* Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, évidemment... :-)