Gin Fizz

Bulles de vie...

Luberon, Luberon joli !

28 avril 2014

luberon 1

Ruelle à Roussillon.

Hé, mais... coucou, vous ! Ca me fait plaisir de voir que vous êtes encore là, malgré mon manque évident de régularité dans les nouvelles, ces derniers temps. Il faut dire que pour cette fois, j'ai une super belle excuse : j'étais en vacances dans un très joli coin de France où le wifi et la 4G avaient un peu décidé de jouer à saute-mouton-réseau. Passée l'attaque de panique généralisée lorsque j'ai réalisé que, non, je ne pourrai pas suivre Facebook et Instagram en temps réel, j'ai décidé d'y trouver mon compte et de faire une presque pause des joies virtuelles. Et bien, ça fait un bien fou !

D'autant qu'il aurait été dommage de rester le nez plongé dans son Iphone quand la région regorge de si jolies choses. Le Luberon, vous connaissez ? Moultement vanté (et venté, un peu, aussi), j'en avais toujours entendu parler en superlatifs variés. Il était donc grand temps d'aller vérifier par moi-même si cette réputation n'était pas usurpée.

Et la réponse est non. Le Luberon est vraiment une très belle région. Et au passage, j'ai appris qu'on disait bien Luberon, et non Lubéron (ni "Lu Béton", comme s'est obstiné à me corriger mon Iphone à qui je n'ai pourtant rien demandé).

Nous avons loué une jolie bergerie en pierre dans un petit hameau vers Gordes, localisation idéale pour partir à l'assaut des nombreux villages perchés et sentiers de randonnées du pays. J'aime autant vous dire que ces quelques jours de repos ont été plutôt physiques, d'ailleurs. Balades dans les champs parsemés de cerisiers en fleurs, promenades dans les ruelles pentues de charmants petits villages, et surtout, grosses randonnées de plusieurs heures dans les gorges et les canyons de la région, une Babygirl ravie portée en bandoulière dans son porte-bébé spécial rando.

Je pensais, naïvement, que Chéribibi, qui avait étudié la carte, choisi les itinéraires, et balisé les parcours, nous emmenait pour une jolie promenade de santé à travers la garrigue et le maquis. Et ça partait plutôt bien, d'ailleurs, sur ces petits sentiers accessibles où on trotinait gaiement, nez au vent, à admirer le paysage.
Puis est venu le moment où tout s'est barré en cacahouette. On avait du se planter de sentier un peu plus tôt, et suivre sans le faire exprès l'itinéraire "difficulté ++++" au lieu de la balade toute cool accessible au tout venant (genre même au troisième âge). C'est quand on a aperçu les échelles en fer fixées aux rochers que j'ai pigé qu'un truc ne tournait pas rond. Quand on a commencé à devoir escalader des rochers à main nue pour suivre les traces de balisage, j'ai pesté et engueulé Chéribibi qui s'était forcément gourré de chemin. Et quand je me suis retrouvée plantée face à une descente en rappel sur plusieurs mètres avec une corde, j'ai eu, au choix, envie de : le tuer sur place / hurler  / pleurer / faire demi-tour / rester assise là et boulotter tous les Lion et Snickers de mon sac à dos en attendant qu'il finisse seul le parcours et m'envoie un hélico.

Comprenez-moi bien, je n'ai rien contre les randos un peu accrobatiques d'où on ressort griffé par les ronces, égratignés par l'escalade et noirs de boue et de poussière. MAIS je rappelle que là, j'étais plus équipée pour le mode "on prend l'air" que pour le parcours Tomb Raider. ET qu'on trimballait notre petite croquette dans le porte-bébé, donc que la prudence était de mise, et que la moindre chute avait doublement plus de conséquence.
(Notez, la croquette en question a pioncé tout le long de ces passages un peu rock'n roll, recroquevillée du mieux qu'elle pouvait au fond de son sac à dos. Bébé zen : 1 / Maman naze : 0).

Plus de peur que de mal au final, si ce n'est que mes baskets ont moyennement supporté la chose, et que je les nomme désormais affectueusement mes pou-Reebok. Ca me fera une bonne excuse pour aller m'acheter de nouvelles godasses, tiens.


Quoi voir, quoi faire dans le coin ?

* Le sentier des Ocres, à Roussillon : un parcours d'1h dans les falaises ocres sculptées par le vent et les pluies, un avant-goût de Antelope et Bryce Canyon réunis.

* Le Colorado provençal, à Rustrel : d'anciennes exploitations de carrières d'ocre, là aussi créées par l'homme, mais façonnées par le temps et l'érosion. Un superbe parcours de 3h dans des paysages fascinants.

* La forêt des cèdres, à Bonnieux : une zone de repeuplement forestier réalisé grâce à des graines provenant du haut Atlas algérien. Pour un grand bol d'Airwick naturel !

* La randonnée des moulins de la Véroncle, à Murs : la traversée d'une gorge parsemée d'anciens moulins à eau alimentés par la Véroncle. (Attention, donc, à bien suivre l'itinéraire "balade tout confort". Ahem...)

* L'abbaye de Senanque, à Gordes : Monastère cistercien toujours en activité. Attention, visites à heures fixes pour les particuliers.


luberon_2

Gordes, village classé l'un des plus beaux de France.

Luberon 4

Sentier des Ocres, à Roussillon. Hein, qu'on dirait un peu les parcs américains ?

Luberon 3

Sentier des Ocres, toujours. On n'a pas été enquiquiné par la foule, faut bien le reconnaître...

Luberon 5

luberon 6

luberon_7

Colorado Provençal, à Rustrel.

luberon 8

Colorado Provençal, toujours... Un peu jailli de nulle part.

luberon 9

Cerisiers en fleurs, jolis jolis !