Gin Fizz

Bulles de vie...

Qu'est-ce que tu lis, doudou, dis donc ? #6

13 avril 2015

lectures

Oh la la, un nouveau billet ! Je sais, c'est un peu fou-fou de ma part. Avouez que vous pensiez que je ne remettrai plus jamais les pieds ici ?!! C'est à dire que j'étais plutôt occupée, ces temps-ci. A lire, notamment. (En vrai, "à aller travailler à Cacahuette-les-Bains" serait la réponse la plus appropriée, mais qui dit gros trajets dit aussi moment de lecture multipliés) (enfin... quand on a encore un peu de place pour ouvrir son bouquin dans le métro surbondé).

Ci-dessus, la plupart des romans que j'ai ingurgités dernièrement. Je suis à la fois dans une phase de "je lis ma PAL (pile à lire) en priorité" + "je pioche dans les trucs qui trainent sur mes étagères depuis des lustres, histoire de trier après lecture". Il en résulte un patchwork assez hétéroclite, mais comme nous l'a sagement enseigné ce bon vieux Arnold : il faut de tout pour faire un monde. Ca tombe à pic.

Je vous rassure, on ne va pas se faire la fiche détaillée de chaque bouquin, hein. Je passe rapidement sur les trucs sans grand intérêt qui vont direct rejoindre la sortie (Un jardin sur le ventre, Idylles mensonges et compagnie, Moka), les bons polars que je vais oublier aussi sec pour pouvoir les relire d'ici quelques temps - ou pas - (Puzzle, Les morsures du passé, Nymphéas noirs, Les lieux sombres), les classiques que je vais garder (L'enchanteur) ou bazarder car pas aimé (Dans un mois, dans un an) et les machins ni adorés ni détestés dont je n'ai pas spécialement envie de faire l'article (A long way down, Chambre 2, Tout cela n'a rien à voir avec moi).

Je m'attarde en revanche un peu plus sur 3 titres qui m'ont plus marquée.

Iain Levison* Arrêtez-moi là ! de Iain Levison
* Le pitch : Jeff est chauffeur de taxi. Un soir banal, il charge une course qui se révèlera être le déclencheur de rebondissements en cascade le conduisant à être accusé de viol et à être durement incarcéré. Jusqu'où la justice se fourvoiera-t-elle, et combien de "preuves" seront maquillées pour donner de la police américaine une image glorieuse et méritante ?
* Mon avis : Honnêtement, je n'ai pas été embalée par le style littéraire de l'auteur, qui a pris le parti de faire narrer son personnage chaque événement de ses journées en menu détail. Il en résulte parfois de longues descriptions un peu monotones, et l'envie de secouer ce Jeff pour lui dire de passer la seconde dans son récit. L'intérêt de ce roman réside surtout dans l'analyse - certes un poil caricaturale, encore que... - des méthodes d'investigations policières à l'américaine, sur la façon dont sont détournées les infos par les medias, et sur la dérive d'un système judiciaire qui a bien du mal à se remettre en cause. En gros, une fois le coupable idéal désigné (même à tort !), impossible de faire machine arrière. Petite pensée pour ces condamnés du couloir de la mort qui ont clâmé leur innocence jusqu'à la dernière seconde.

Maria Semple* Bernadette a disparu, de Maria Semple
* Le pitch : Bernadette a disparu. Cette géniale architecte américaine fantasque et déjantée a soudainement mis les voiles sans explications. Enlèvement, fuite, meutre... ? Bree, sa fille de quinze ans, décide de mener l'enquête. Elle va découvrir au gré de son investigation le véritable portrait de sa mère, artiste reconnue mais peut-être trop en avance sur son temps et pour sa petite ville de province américaine.
* Mon avis : Ce n'est pas un polar à proprement parler, mais on se prend rapidement au jeu, à avoir envie de découvrir quelle mouche a piqué Bernadette pour qu'elle se tire ainsi (et si c'est bien sa propre décision). Entre reconstitution de lettres et de mails, flash-back, rapports d'intervention des enquêteurs et pensées de Bree, les personnages sont brossés avec beaucoup d'humour et de dérision, et tous les détails du récit sont déjantés et savoureux. On ne s'ennuie pas une seconde, et on se prend à admirer follement cette extravagante Bernadette qu'on n'a pourtant jamais rencontrée dans le livre. Très rafraîchissant et original !

Marie KondoDernière sélection, petit ovni dans le panorama. Il ne s'agit pas d'un roman mais d'un guide pratique.
* La magie du rangement, de Marie Kondo
* Le pitch : Spécialiste du rangement installée à son compte, l'auteur nous apporte ici son enseignement et ses méthodes pour trier TOUTES ses possessions, redécouvrir une nouvelle façon de ranger son intérieur, et - selon elle - commencer ainsi une nouvelle vie. Rien que ça...
* Mon avis : Attirée par ce titre dont on a fait grand battage dernièrement (sur les blogs, mais pas uniquement), j'ai eu envie de lire la méthode KonMari (contraction du nom de l'auteur) car je pensais qu'elle pouvait cadrer avec mes grandes impulsions de vide géant dans mes armoires et mes placards, et de reconcentration sur les choses qui me font vraiment plaisir et que j'aime le plus (à bas le superflu).
Après les premières pages, où l'auteur explique effectivement que nos sociétés modernes s'encombrent de beaucoup trop de choses qui ne sont pas nécessairement synonymes de bonheur (certes), j'avoue avoir complètement lâché l'affaire quand les méthodes de tri ont été abordées.
En gros, considérer chacune de ses possessions comme un être vivant (ou presque) et se demander si cette chose nous rend heureuse, et si on la rend heureuse. (gné ?). Je vous passe les détails - on n'a pas toute la nuit - mais selon Marie Kondo, les t-shirts qui restent sans cesse en bas de la pile sont malheureux d'être ainsi écrasés par le poids des autres vêtements rangés dessus, et méritent qu'on leur rende leur "vie" loin de nous, puisque nous, nous ne les aimons pas assez. Heu... ok.
Je simplifie un peu le raisonnement, mais honnêtement, j'ai trouvé sa méthode un poil olé-olé, et pas si applicable que ça. Selon elle, on bazarde quasi tous les papiers officiels plutôt que de s'emmerder à trier le tas (oui, même les bulletins de paie) (je rappelle qu'elle est japonaise, donc peu au fait de l'administration française, qui sera, elle, nettement moins conciliante avec nos explications vaseuses du pourquoi on a jeté sans état d'âme nos douze dernières années de fiches de paie). Idem pour les vieilles lettres d'amour et autres cartes postales soigneusement accumulées dans un coin : on les remercie pour tous les bons souvenirs qu'elles représentent, et on leur dit tchao-bye. A ce rythme, effectivement, on fait un tri quasi clinique dans sa barraque, mais franchement, je ne suis pas sûre d'avoir envie d'en arriver à ces extrêmes.
Lecture abandonnée au dernier quart, je garde donc mon bazar et ma vie merdique d'avant son oeuvre révolutionnaire. Et tant mieux.


Qu'est-ce que tu lis, doudou, dis donc ? #5

09 septembre 2014

books 5

Et si on reprenait les bonnes habitudes ? Les vacances m'ont été profitables niveau lectures - au grand dam de mon marchand de journaux qui ne m'a vue passer la tête chez lui qu'une ou deux fois - et j'ai choisi parmi mes dernières découvertes quatre romans que j'ai dévorés en un rien de temps. En espérant que vous y piocherez des idées pour vous... !

* Le liseur du 6h27, de Jean-Paul Didierlaurent
(ça fait BEAUCOUP de prénoms pour une même personne, je trouve...).
* Le pitch : En plus d'avoir un nom à coucher dehors, Guylain Vignolles exerce un métier qui le débecte au plus haut point : il détruit les livres invendus grâce à une redoutable machine broyeuse. Pour tromper son existence maussade et rendre hommage à ces oeuvres massacrées, il en sauve chaque jour quelques feuillets, qu'il lit à haute voix aux passagers étonnés et ravis de son RER quotidien, le train de 6h27. Un matin, il trouve une clé USB contenant des textes qui le font littéralement chavirer, et redonne un sens à ses journées...
* Mon avis : Si Amélie Poulain était un livre, ce serait celui-ci, sans aucun doute ! Voilà une vraie pépite de bonne humeur, d'humour et de générosité ! Un roman en forme de conte de fée moderne, qui touche par sa simplicité et son humanité. Un livre qui se lit d'une traite, et qu'on referme le sourire aux lèvres, avec cette impression d'avoir vécu un beau moment. Et ça fait du bien, dans le contexte ambiant. Foncez !


* Plan de table, de Maggie Shipstead.
* Le pitch : Île de Waskeke, Nouvelle-Angleterre. La fille aînée des Van Meter se marie ce week-end, et c'est le branle-bas de combat dans toute la maison. Au grand dam du père, Winn, qui regarde toute cette agitation d'un oeil désabusé. Loin des discussions vitales sur le choix des homards ou la coiffure de la mariée, tout ce qui l'intéresse est de savoir pourquoi on ne veut pas de lui au Pequod, le club select dont il rêve d'être membre. Chacun ses préoccupations ! Ces trois jours précédent le D-day vont s'avérer riches en événements, mais surtout en règlements de comptes, déceptions et désillusions.
* Mon avis : J'ai hésité à présenter ce livre car j'ai du mal à dire avec précision si j'ai aimé ou non. La narration m'a semblée un peu longue et farçie de nombreux détails, mais c'est propre à la comédie de moeurs qui permet de bien dessiner les personnages. Et après deux lectures de polars très addictives, le changement de ton m'a peut-être un peu désorientée. Il n'empêche que j'ai quand même englouti ce pavé en 3 ou 4 jours sans peine, ce qui est plutôt bon signe.
Personnages peu attachants (c'est volontaire), et situations grotesques font qu'on ne se prend pas d'amitié pour cette famille bourgeoise, et qu'on rit sous cape de leurs déboires et mésaventures. Un livre qui rappelle un peu les comédies 'Hugh Grant-iennes', et insiste sur l'envers du décor de ces grandes traditions familiales qu'on prendrait, de loin, pour des gentils bisounours parfaits.

* Alex, de Pierre Lemaitre.
* Le pitch : La belle Alex a disparu. Nous (les lecteurs) savont ce qui lui est arrivé, mais pas encore la police, qui lance les recherches d'usage. L'enquête détecte enfin qui est le ravisseur et où il a séquestré Alex, mais quand elle arrive sur les lieux, la jeune femme a déjà réussi à s'enfuir. Pourtant, les soupçons soulevés lors de sa traque motivent plus que jamais le commandant Verhoeven et son équipe à retrouver la victime coûte que coûte, car elle semble avoir des choses à se reprocher... Victime ou bourreau, la jolie demoiselle ?
* Mon avis : Ne vous laissez pas avoir par la couverture assez ringarde, qui fait plus penser à un thriller d'horreur de bas étage, et ne rend absolument pas justice à ce roman policier ! Honnêtement, j'ai été plus que bluffée par ce super polar, qui vous scotche de la première à la dernière page. L'impression de lire 3 romans en 1 (l'enlèvement, l'enquête, la traque finale) fait qu'on repose le livre avec un sentiment d'essouflement, pris aux tripes par les descriptions de la séquestration entre autre, jusqu'au grand final qui, comme souvent, explique tout ce qu'on avait compris de travers. Un très bon moment, pour ceux qui ne sont pas (trop) rebutés par les détails sordides et réalistes d'un thriller mouvementé.

* Les mères, de Samantha Hayes.
* Le pitch : Claudia, mère de jumeaux et enceinte de 8 mois, recrute Zoé qui a, sur le papier du moins, tout d'une nounou parfaite. Dans le même temps, la ville est agitée par la découverte d'un cadavre de femme enceinte presque à terme, dont on a ouvert le ventre au couteau. Quelques jours plus tard, un autre cadavre est retrouvé dans les mêmes circonstances. L'inspecteur Lauren mène l'enquête. Les voix de ces 3 femmes s'expriment tour à tour au gré des chapitres, jusqu'à ce qu'imanquablement, leur chemin se croise, et que les masques tombent.
* Mon avis : Oui, ok, le pitch fait un peu gore, je vous l'accorde. Mais loin de s'attarder sur des détails sanguinolants, l'auteur choisit plutôt l'angle psychologique, en faisant intervenir l'une des protagonistes à chaque chapitre. Au fil des pages et des points de vue partagés qui se recoupent, la situation se dessine et dresse un chemin cousu de fil blanc : l'impression d'avoir tout compris à l'histoire et de connaître déjà le déroulé final. Sauf que... on se doute bien que l'auteur a plus d'un tour dans son sac. Et vous serez accroché aux pages jusqu'à la toute dernière phrase, magistrale. (Alors non, on se regarde pas les dernières lignes avant, sous peine de se priver de tout le plaisir du suspense, capiche ?)