Gin Fizz

Bulles de vie...

En vert et contre tout

12 avril 2010

penderie_verteLes goûts et les couleurs ne se discutent pas, certes. Mais apparemment, ils changent aussi pas mal au fil du temps. J'ai jeté un coup d'oeil général à ma penderie ce week-end, et j'ai trouvé que mon "panorama coloriel" (oui, j'invente des concepts si ça me fait plaisir) avait vraiment évolué ces dernières années.

Hier encore, j'avais 20 ans. Et au delà des classiques noir, gris et jean, ma garde-robe était très largement ponctuée de grosses tâches colorées : beaucoup de rouge, pas mal de rose (dans toutes ses nuances), quelques touches de mauve, violet et parme, et un t-shirt jaune (ne criez pas au scandale, je crois que je ne l'ai jamais porté, en fait).

Aujourd'hui, quand j'ouvre mon armoire, je remarque plutôt un doux camaïeu de tons fondus, du noir au écru, en passant par toutes les nuances de gris, taupe, brun, beige et crème. Du bleu, évidemment, avec les jeans et les so famous marinières. Quelques coloris poudrés pour la belle saison, mais très peu de fantaisie, finalement. Et une observation frappante pour moi : que fait tout ce vert dans mes affaires ?

verts

Que je vous explique, en deux mots : j'ai longtemps considéré la couleur verte particulièrement affreuse en matière de fringues et chaussures. Et d'aussi loin que je m'en souvienne, le vert a été impitoyablement banni de ma penderie, mise à part une petite veste trench Gap de couleur kaki, qui, seule, trouvait un semblant de grâce à mes yeux. Tout le reste, zou... dehors. Vert pomme, vert anis, vert bouteille, vert sapin, vert prairie... chaque nuance était selon moi connotée : trop "mauvaise mine", trop "esprit de Noël, sors de mon corps", trop "je ressemble à un perroquet".

Force est de constater que, une fois de plus, je me suis
doucement fait avoir par la mode ambiante, "à l'insu de mon plein gré". Car effectivement, depuis quelques saisons, mon radar à envies shoppinguesques reste bloqué sur la green attitude. Effet de mode ? Sans aucun doute. Je suis une proie tellement facile pour les magazines, que voulez-vous ?

Ont donc rejoint ma penderie dernièrement :

- Une petite robe en soie, au décolleté brodé de petits sequins dorés mats. Facile à porter, hop, c'est plié. (Monoprix)
- Une veste esprit saharienne, classique mais top tendance, qui me faisait des grands yeux énamourés dans la boutique et à qui je n'ai pas eu le coeur de résister (accessoirement, je louchais déjà dessus sur les premières photos de pub de la nouvelle saison). (Comptoir des Cotonniers).
- Une veste-chemise aux épaulettes rehaussées d'une grosse étoile strassée. Oui, bon, là, j'avoue... Je ne suis pas certaine de mon coup. Elle me plait, mais je ne me trouve pas à l'aise dedans. Encore du chemin pour trouver comment me l'approprier et m'y plaire. (Zara)
- Une paire de sandales vert acidulé, pour bien claquer aux pieds d'été tout de vernis colorés (Appelez-moi Verlaine, je cause en rimes). Reste à bien bronzer la gambette pour ne pas donner dans le look navet (vert et blanc). (Minelli)
- Un mignon chapeau de paille rehaussé d'un foulard vert fleuri, pile dans la tendance Liberty. Me voilà parée pour l'été ! (Zadig & Voltaire)

minelli  zara  zadig

Ne vous en faites pas pour moi. Je sais bien que je suis une cause perdue ascendant mouton, et que la saison prochaine, tout ce vert traînera au fin fond de mes placards, à la faveur de ma future nouvelle lubie du moment. Qu'importe. Je lutte à ma façon contre l'effondrement du secteur textile, c'est déjà bien sympa de ma part, je trouve. Ahem.

Sinon, rien à voir, mais je m'amuse bien à constituer mes petites photos vitrines, moi. Je devrais peut-être songer à une reconversion de merchandiser, non ?