Gin Fizz

Bulles de vie...

Ca sent le sapin

23 décembre 2014

girafe

Pas très présente par ici, la coquine, hein ? Oh, c'est pas la peine de faire genre, je sais bien que c'est ce que vous pensez tout bas. Et que certains disent même "je croyais qu'elle cherchait un boulot, elle devrait avoir plein de temps pour écrire sur son blog, en attendant, non ?". Et d'autres ajoutent "ou alors, elle a trouvé un nouveau job et n'a le temps pour rien d'autre que ça et sa famille..." Oh la la, mais quel suspens de fou, en fait, par ici !

Allez, j'avoue. Ma vie professionnelle n'est pas encore parfaitement remise sur ses rails, mais j'ai commencé il y a quelques semaines une nouvelle mission qui me prend pas mal de temps et d'énergie, d'où mon absence encore plus appuyée sur ce blog. La tête dans le guidon, et besoin d'une faille spacio-temporelle pour dégager quelques instants qui me permettraient de bloguer sereinement. (Ou déjà, de prendre un bon gros bain à bulles, ce serait pas mal).

Mais je ne pouvais décemment pas terminer l'année sans repointer mon museau par là, j'ai des principes, hé ho.

Il fallait par exemple que je vous raconte à quel point j'ai eu l'idée du siècle quand j'ai accepté de "faire un sapin" cette année. Babygirl approche des 2 ans et commence à être réceptive à ce fameux esprit de Noël et à l'excitation qui flotte dans l'air en décembre. Banco, me suis-je dit naïvement, achetons un sapin qu'on décorera toutes les deux ensemble, dans un grand moment de complicité mère-fille.

Ah ah. La blague. Hormis les grands yeux éberlués à la perpective d'avoir un arbre dans le salon, planté à la place de sa caisse à jouets, et passée l'heure et demie de décorage intempestif (et je veux dire par là "je pose les décos, elle les enlève, je les repose un peu plus haut"), mademoiselle n'en a soudainement plus rien eu à carrer du sapin, si ce n'est pour chourraver tous les sucres d'orge, aller se fourrer dans le coin juste derrière ("cache-cache, Maman !") et faire tomber toutes les épines en vrac, bousillant au passage deux ou trois boules ou figurines chèrement aquises. Mini-croquette : 1 / Esprit de Noël : 0.

En revanche, les chats ont pris la chose très à coeur. A haut-le-coeur, même, je dirais, vu le nombre de vomitos retrouvés ça et là dans tout l'appart lors de la première semaine de présence du dit-connifère. Faute de quoi, après avoir vidé leurs intestins un peu partout (si possible au milieu du tapis, pas sur le carrelage facile à netttoyer), ils ont fini par piger que ce truc végétal n'était pas leur meilleur ami, et se sont finalement mis à le bouder aussi.
Alors bon, mon beau sapin, roi des forêts peut-être, mais en attendant janvier, c'est bibi qui ramasse les épines.

J'ai quand même d'autres petites bricoles à partager avec vous. Des réflexions sur le rythme de working girl qui jongle entre métro, boulot, bambino et dodo. Des grandes introspections sur le temps qui passe et la mini-croquette qui grandit. Des impressions sur ma première année de théâtre écoulée, nos premières représentations en public, le stress, le trac et l'excitation de jouer plusieurs soirs de suite, comme les "grands". Des lectures à vous raconter, à vous détailler, à vous recommander (et croyez-moi bien qu'avec deux heures de métro par jour, j'ai le temps d'ingurgiter pas mal de trucs, ces temps-ci !). Tout ça, et beaucoup plus sans doute, si je me pose deux secondes pour y réfléchir...

Mais ça sera pour l'année prochaine, faute de mieux. Pour le moment, je referme doucement la porte sur cette année écoulée, en demi-teinte pour moi à bien des égards, mais qui a au moins le mérite de s'achever sur les rires et les premiers émerveillements de ma fille à la vue de cadeaux enrubannés, sapins clignotants, bonnets rouges et petits sablés en forme de lutins. Tiens, serait-ce donc ça qu'on appelle la magie de Noël ? Peut-être bien, oui...


Très belle fin d'année à tous, et cap sur 2015 !