Gin Fizz

Bulles de vie...

Live and let die

26 juin 2009

escapeOui. Je sais ce que vous pensez, tout bas. Si, si, je sais. Vous vous dites "tsss, elle est pas gonflée, celle-là, à négliger son blog, alors qu’elle est coincée chez elle avec son plâtre à la jambe et plein de temps libre, dis donc".
C’est pas faux. J’irais carrément jusqu’à dire, si j’étais honnête avec moi-même (mais bon, faut pas pousser) que je suis sacrément culottée.

Seulement voilà, il y a des fois où ça veut pas. Ca veut plus. L’inspiration s’est barrée en même temps que la mobilité de ma jambe droite, l’envie n’est plus au rendez-vous. Et si le temps disponible pour écrire est là (ah ça, oui, il est là), il est occupé à moult choses variées, autres que piapiater ici en mode Bridget Jones.

Ca couvait quand même depuis un moment, cette affaire, soyons clairs. Quelques tournants positifs dans ma vie ces derniers mois (un Chéribibi aux petits soins, un changement prochain de boulot plus en accord avec mes goûts et ma personnalité) n’y sont sans doute pas étrangers.
Et par-dessus tout, même si l’envie et le goût de l’écriture ne m’ont pas quittée, j’ai malgré tout cette drôle de sensation que le format « blog » ne me convient plus.

Mon essentiel, aujourd’hui, est ailleurs. Loin du virtuel. Il prend des formes super concrètes, même. Comme l’apprivoisement de mes béquilles, par exemple. Une vraie poisse, ce machin. Vous avez déjà descendu un escalier étroit en béquilles, vous ? Parce que moi, j’y arrive que dalle. Et forcément, quand je me résous à le descendre sur les fesses, comme une gamine de quatre ans, je croise systématiquement un voisin hilare. Merci bien. (Escalier : 1, Katia : 0, Dignité : -12).

L’essentiel, c’est aussi la préparation de mes futures vacances à l’autre bout du monde, pour peu que la santé revienne suffisamment vite. En prévision : quatre jours à Hong Kong, et deux semaines à Bali ensuite. Carrément, ouais. Ah ça, on ne se mouche pas avec le dos de la cuillère, ici, je suis d’accord avec vous. Mais il faudra d’abord que je passe brillamment l’épreuve du feu : la rééducation.

Et le blog, dans tout ça ? Ben il passe clairement au second plan. Voire au troisième. M’enfin, j’imagine que vous aviez déjà senti le vent tourner, non ?

Alors maintenant, quoi ?
On se dit au revoir, merci pour tout, bonjour chez toi ?
On se claque quelques bises virtuelles et on reprend chacun sa route ?

Arg. Pas si facile de refermer la porte, après plus de trois ans passés ici. Le mieux est donc de la laisser entrouverte, cette porte. De se laisser le temps de « vivre », loin des contraintes du billet régulier nécessaire à tout blog vivant. De prendre un peu de recul. Et peut-être, de revenir, un jour prochain, sur la pointe des pieds…

Posté par Katia_ à 09:40 - Ma-vie-Mon-blog.com - Commentaires [28]