Gin Fizz

Bulles de vie...

Licence to kill

15 avril 2009

volant_1Ce n’était peut-être pas un hasard complet, si j’y allais à reculons, à ce truc. Appelez ça comme vous voulez : le flair, l’instinct, le sixième sens féminin. Ou tout simplement la confiance plus que médiocre en mes capacités de future conductrice. Toujours est-il qu’avant même de signer le contrat de l’auto-école, j’avais déjà le feeling que je m’embarquais dans un projet prise de tête force huit.

Hé ben, bingo. Et plutôt deux fois qu’une.

Pourtant, au commencement, c’était pas si mal barré que ça. Toutes ces sombres histoires de code, de grilles à remplir, de A, B, C à cocher et de « selon vous, qui a la priorité dans l’image suivante ? », c’était un peu une formalité, pour moi. Il faut bien dire que, bonne élève jusqu’au bout des ongles, je me farcissais mes leçons à la chaîne, quasiment tous les jours, appliquée, studieuse et obstinée.
Bon, y’avait bien toutes ces questions théoriques à la con, où – allez savoir pourquoi – on vous demande de connaître la densité d’un pneu de bagnole (comme si j’avais Bac +3 en mécanique, quoi) ou de tout piger au fonctionnement de ce putain de disque de stationnement, ce qui entre nous, est déjà une bonne rigolade quand on sait que se garer à Paris est moins facile que d’intégrer Polytechnique.
Mais malgré ces pièges à trois escudos, je m’en étais tirée haut la main, hop hop hop, code réussi, merci bien m’sieurs dames, sous vos applaudissements, finie la rigolade, par ici la sortie.

Restait donc l’épreuve du feu.
Moi collée derrière un volant, voiture en marche.
ET face à des gens dans les rues.
Au-se-cours.

Le test d’évaluation démarre plutôt mal. Antonin, mon moniteur, conclue ma petite démonstration talentueuse (parce que si, caller sept fois en dix minutes est un talent à part entière) (enfin je trouve) par un « ah ouais, quand même… », me colle d’office dix heures de cours en supplément des vingt minimum requises pour passer l’examen, et figure systématiquement aux abonnés absents lorsque je tente de prendre un cours avec lui ensuite. Ah ouais d’accord, je vois le genre.

Heureusement, j’arrive péniblement à prendre mes trente heures grâce à Simone, qui me rappelle à chaque fois de ne pas conduire tant sur la droite, parce que sa collection de rétroviseurs arrachés est complète, et qui m’interdit les talons pour conduire parce que « c’est pas encore ça, ma biche », Etienne qui saute sur le volant pour contre-braquer dès que je m’écarte de trois centimètres de la route décidée, et lui vaut le surnom mérité de Etienne-oh-tiens-le-bien (le volant, hein), et Florentin qui se poile en quatre dès qu’il apprend que c’est avec moi qu’il a cours, et je sais pas trop comment je dois le prendre, à vrai dire.

(Nous ouvrons ici une parenthèse pour signaler qu’aucun être humain, animal ou végétal n’a été blessé ou maltraité durant ces trente heures de cours. En revanche, nous admettons que quelques carrosseries, pneus et trottoirs ont légèrement souffert durant l’exercice.)

Quelques semaines plus tard, fin prête (ha ha ha, trop pas, en fait), je me présente à mon examen de conduite. J’ai tout bien révisé, j’ai pris mes deux dernières heures de cours la veille, je connais le lieu par cœur, depuis les sens interdits jusqu’aux dos d’âne. Pourtant, au fond de moi, quelque chose fait pschiiiiittttt. J’ai les miquettes comme pas deux, et ça doit se sentir un max.

Rétros, ceinture, démarrage… Tout se passe bien, mais je ne vis que dans la hantise que InspectorLaTerreur ne me demande de faire un créneau. Première à gauche, ok. « Vous prendrez la seconde à droite ». Ha ha, je l’ai bien eu, je le sais que c’est un sens interdit, il est bluffé. (Bon, ok, il hoche juste la tête mollement). On continue notre route, je checke outrageusement dans mes rétros pour bien montrer que j’ai trop bien choppé le réflexe. Bref, tout roule (si je puis dire...)

Quand soudain, l’effroi. Merde. Ce con m’emmène sur l’autoroute. L’autoroute ! C’est presque pire que le créneau. C’est là que je perds tout sens de la raison.

- « Melle A., Pouvez-vous me dire à combien est limitée la vitesse sur cette partie de l’autoroute ?
- A 90.
- Et vous rouliez à combien ?
- … A 115 environ ».
Autant dire que le petit papier rose, je pouvais lui dire adios. Putain, il pouvait pas me filer un créneau à faire, plutôt, ce con ?

Renfrognée, assise à l’arrière de la voiture pendant que d’autres subissent le moment de torture, j’attends le verdict. L’inspecteur finit par se tourner vers moi, et me lance : « Melle A., vous aviez un train à prendre ou quoi ? ». Je m’attends à me faire assassiner sur place, quand le type balance un saugrenu « … mais malgré votre léger ( ?!!) écart de vitesse, on sent que vous avez une conduite sûre et que vous maîtrisez votre véhicule… »

Gné ?
Pardon ?
Qu’ouie-je ?

J’ai donc eu mon permis. Du premier coup, là où beaucoup d’autres auraient sans doute eu à le repasser, je n’en doute pas.

Et tout ça pour quoi ? Pour que j’ose à peine toucher un volant aujourd’hui, et que même les rares fois où je me lance en plein Paris (la dernière datant d’au moins six ans), je demande aux copains qui m’accompagnent de bien vouloir faire les créneaux à ma place, parce que moi, j’y arrive paaaaaaaas. C’était bien la peine, tiens.

Posté par Katia_ à 10:07 - Melting-Po(s)t - Commentaires [21]

Commentaires sur Licence to kill

    oO ah ouais en effet t'as eu super du bol de l'avoir là !!

    Posté par Mélanie, 15 avril 2009 à 10:33 | | Répondre
  • ah bah bravo, la vie est injuste, moi j'ai mis 5 fois à l'avoir (circonstances atténuantes, c'était à l'étranger) alors que mon mono était très content de moi... mais bon, comme ca j'ai pu en faire un article sur le blog :-)

    Posté par Steph, 15 avril 2009 à 11:05 | | Répondre
  • J'y crois pas que tu l'aies eu! Parce que moi aussi, j'ai fait de l'autoroute pour passer le mien, et l'expert m'a dit que même si je me débrouillais bien, il ne pouvait pas me le donner parce qu'il avait eu peur.
    En tout cas, on croirait moi sur plein de points: théorie eue aussi les doigts dans le nez en 1 mois avec zéro faute, puis des heures et des heures de conduite accompagnée. Après ma première leçon, mon prof d'auto-école m'a dit que je pouvais conduire avec mes parents, mais uniquement sur des routes droites, parce que je ne savais pas tourner (oui, oui, ça existe des gens qui ne savent pas tourner). Forcément, ma mère a cru que je mentais, mais elle a moins rigolé quand j'ai manqué le premier virage et que j'ai labouré le jardin potager du voisin après avoir défoncé sa barrière:-) Aujourd'hui j'en ri, mais ça m'a traumatisée pendant des semaines!

    Posté par Béné, 15 avril 2009 à 11:08 | | Répondre
  • Rhaaa le permis...

    Je me suis inscrite à l'auto école en même temps que Vianney l'année du bac.
    Autant le bac c'était finger in the nose, autant le permis je savais que ça allait pas le faire.

    Vianney a eu code + premis en 6 mois montre en main, moi ça a été une autre histoire.

    J'ai passé le code 2 fois (1 faute de trop la première fois), et le permis 3 fois (chling chling la tirelire !).

    La 1e fois j'ai réussi l'exploit de faire freiner l'examinateur à ma place la première minute (j'allais emboutir la voiture devant moi en sortant de la place de parking), et la deuxième l'examinateur m'a fait faire un créneau dans une côte le p'tit salaud.

    Posté par La méchante, 15 avril 2009 à 11:09 | | Répondre
  • Hahahaha respect total!
    A ma premiere tentative au test de conduite, je suis arrivé top relax. Faut dire qu'entre la conduite accompagnée et la moto, la route je connaissais, les créneaux je maitrisais. Bilan, recalé, j'ai appris alors que les excaminateur n'aiment pas que l'on fasse preuve de jugement plutot que de suivre betement le code. Genre dans la vie, le mec sur ta droite a 50m et qui est a l'arret complet, tu dois poireauter trois plombes au croisement pour qu'il se décide de passer parce qu'il est "sur la voie, donc en circulation et a la priorité, puisqu'a droite". Mon moniteur était aussi écoeuré que moi.
    Seconde tentative, réussite sans probleme, malgré que je me sois planté dans l'itineraire tellement j'étais stressé.
    Enfin bon, je controlerai quand meme ton planning de conduite a mon prochain passage sur Paris :D

    Posté par Sanjuro, 15 avril 2009 à 11:22 | | Répondre
  • O_o

    Tu l'as eu avec un point en moins d'excès de vitesse ???

    Félicitations mais c'est assez bizarre... Pour ne pas dire scandaleux ^^
    Enfin. tant que tu fais pas de créneaux en excès de vitesse hein...

    Posté par PTM, 15 avril 2009 à 12:00 | | Répondre
  • Héhé

    La prochaine voiture que j'achète, c'est celle qui fait les créneaux toute seule, je sais plus son nom, mais ses roues se mettent perpendiculaires au trottoir, un vrai bonheur. Ou un tank.
    Merci pour ce flash-back.

    Posté par Virginie, 15 avril 2009 à 12:40 | | Répondre
  • Ben alors... c'est pas si terrible...
    J'ai même pas peur d'aller à Paris, du coup...

    Posté par arpenteur, 15 avril 2009 à 13:30 | | Répondre
  • Quelle chance !
    j'ai eu le code du 1er coup et la conduite au 2ème coup...apès 50h de conduite ! oui oui... étais-je nulle ?! NON c'est seulement que je suivais les bons conseils de mon moniteur...jusqu'au jour où j'ai compris que tant que je verserais de l'argent il ne me ferait pas passer le permis !!!!
    au 1er coup je suis tombé sur un inspecteur très con ! (même pas poli puisqu'il m'a à peine dit bonjour !!!)...par contre le 2ème était très sympa et se comportait en véritable passager !!! et hop le petit papier rose...je suis bien contente de l'avoir passé il y a 8 ans...car ça a l'air d'etre encore pire maintenant pour l'obtenir !
    J'ai toujours conduit sur Paris..qui ne me fait pas du tout peur (mon mot d'ordre : ça passe ou sa casse !)...par contre j'appréhende énormément les routes de campagnes que je trouve très dangereuses ! va comprendre...?!

    Posté par la petite fée, 15 avril 2009 à 13:38 | | Répondre
  • Quel bol que tu as eu, tu t'en sort bien. T'avais une bonne tete c'est pour ça qu'il te l'a filé le papier rose.
    J'avais commencé a le passer dans le civil mais je l'ai a l'armée en une semaine (oui ca fait peur je sais), et quand on prend l'arc de triomphe pour la premiére fois tu fait pas ton fiére, tu serre les dents.

    Posté par micahuéte, 15 avril 2009 à 15:20 | | Répondre
  • Mélanie > je sais... ;)

    Steph > la vie est injuste, je sais pas... mais sur ce coup-là, certainement, pas très juste, effectivement !

    Béné > ouais, ma mère aussi, elle refuse de me laisser sortir la voiture du garage... ALORS QUE J'AI le permis ! Un comble !

    La méchante > ouh la vache, le créneau, déjà, c'est pas supposé être éliminatoire (à moins de s'y prendre comme une brêle totale), mais en côte en plus, il t'en voulait, le mec !

    Sanjuro > tssss, t'inquiète, je ne circule JAMAIS à paris, je dois au moins ça à mes concitoyens !

    PTM > scandaleux, si si, c'est le mot ! JE trouve aussi, mais je ne vais pas m'en plaindre, non plus...

    Virginie > ouhhh mais tu m'intéresses, là !!!

    Arpenteur > Ah ? ... tu devrais, pourtant. Vraiment. (rire diabolique en fond sonore)

    la petite fée > à paris, au moins, c'est bien indiqué partout (comme dans toutes les villes, disons). En campagne, pour te paumer, y'a pas mieux. Et déjà que PAS PAUMEE je stresse comme une schizophrène, là, je te dis pas...

    micahuète > ah, la place de l'étoile, je ne veux MEME PAS en entendre parler. JE préfère prendre des routes quatre fois plus longues, mais je ne passerai PAS par là !

    Posté par Katia, 15 avril 2009 à 16:14 | | Répondre
  • @Katia> Ah?...c'est une proposition? (rire diabolique en fond sonore)

    Posté par arpenteur, 15 avril 2009 à 17:17 | | Répondre
  • Oh on est presque soeur de permis! Moi je l'ai eu aussi du 1er coup bien que j'ai calé 2 fois en démarrage en côte et que j'ai roulé à 50 Km/h dans une zone 30KM/h (bah oui mais qu'est-ce qu'elle faisait là cette zone aussi, pfff...)
    Après, je n'ai plus osé conduire pendant 5 ans. ça fait 1 an que je m'y suis remise et en faite j'adore conduire. Tu vois il y a de l'espoir! Mais je te rassure, je n'arrive tjs pas à faire les créneaux. Je choisis presque ma destination en me demandant si il y a moyen de me garer sans faire de créneau.

    Posté par Eglantine, 15 avril 2009 à 20:32 | | Répondre
  • Je rejoins le club des traumatisées de la route. Comme toi en bonne élève intello j'ai eu le code finger in the nose.
    Ensuite ça s'est conpliqué.
    Après 28 heures de leçon mon moniteur me dit "j'ai une place qui se libère, je te présente, on sait jamais!"
    Moi : Ah bon, mais mais c'est pas un peu tôt? je le sents pas trop la!
    En effet ce fut une catastrophe, je me suis arrêtée en plein rond-point figée par la peur impossible de redémarrer, toutes les bagnoles me claxonaient dessus, je me suis mise a pleurer!
    Mais contre toute attente je l'ai EU la deuxième fois! (Ouais un miracle d'après le moniteur car je tremblais, j'étais limite en trance au point de ne plus entendre qu'on me parlait dans la voiture)...
    Suite à ça j'ai pas voulu retoucher à un volant pendant 3 ans.
    Mais un jour il a fallu que j'achète une voiture pour aller travailler. Contrainte et forcée j'ai du me faire violence!
    Heureusement mon copain de l'époque était la. C'est lui qui a conduit ma voiture toute neuve pour la ramener à la maison (bah ouais j'allais pas prendre le volant en pleine zone industrielle un samedi après-midi, t'es fou toi!).
    Et il m'a obligé a m'entrainer tous les soirs on faisait des tours de paté de maison et on allait sur le parking du super U le dimanche...
    Ca fait maintenant 8 ans que ma titine et moi on sillonne les routes de Bretagne avec presque pas d'accident!...

    Posté par Winnie, 17 avril 2009 à 12:28 | | Répondre
  • On est tombé sur le même gars!!

    Que de bons (et lointains) souvenirs... moi ça faisait même pas 20 secondes que je roulais que j'te grille royalement un stop ! (pour sortir du parking sur lequel l'inspection commençait... J’étais même pas encore sur une vraie route !!!!)
    A l'arrière de la caisse, mon instructeur et une autre élève morts de rire... Bon j’avais un peu fait le malin en disant que ne pas avoir son permis du premier coup, c’était vraiment la loose…(oui… je suis d’accord avec ce que tu penses, mais j’avais 18 ans aussi, hein ? … voila)

    Bref, tout ça pour dire que les deux cons derrière ont très vite arrêté de rigoler quand l’inspecteur m’a tendu un bout de papier rose accompagné d’un bref : « Félicitations jeune homme » .

    Posté par seb, 17 avril 2009 à 22:35 | | Répondre
  • Enfait...

    ...Vu comment ils nous l'ont fillé ce permis, c'est vrai que c'est quand même un peu la loose de pas l'avoir du premier coup! ;)

    Posté par seb, 17 avril 2009 à 23:05 | | Répondre
  • Il était temps :p
    Bravo malgré tout mademoiselle :)

    Posté par greg, 19 avril 2009 à 16:06 | | Répondre
  • Je me souviens que j'ai raté mon créneau et l'examinateur m'a dit : "je pense que le bleu ne vous inspire pas, allez faire un créneau derrière la voiture rouge là-bas". Et bizarrement, ça s'est tout à fait bien passé ! et j'ai aussi eu mon permis du premier coup !
    Comme quoi, ça tient à peu de chose, hein !

    Posté par Lazy Daisy, 19 avril 2009 à 17:42 | | Répondre
  • Ils devraient inventer les formations spéciales "créneau" à refaire tous les 3 mois... Quatre ans que j'ai mon permis, et je préfère ne pas me garer plutôt que de tenter un créneau même si la rue est complètement déserte (en fait, j'ai peur pour les voitures qui sont déjà garées)!

    Posté par Emes, 20 avril 2009 à 10:32 | | Répondre
  • Arpenteur > une proposition... d'avoir peur, ouais ! :)

    Eglantine > Ah ouais, tjs pas de créneau au bout d'un an de reprise ? PAs très encourageant pour moi, tout ça ;)

    Winnie > je crois que tant que je ne serai pas FORCEE de conduire (pour un job ou à cause des futurs enfants), c'est pas demain la veille que je m'y remets, moi !

    seb > 'tain, le coup du stop d'entrée de jeu, c'est comme mon excès, ça aurait du être rédhibitoire ! A mon avis, on a des bonnes tronches, c'est pour ça ! :)

    greg > merci... mais c'était y'a 10 ans, hein ! je précise !

    Lazy Daisy > voilà un examinateur très porté sur la sensibilité féminine ! Bravo ! :)

    Emes > tu rigoles, mais n'empêche que le jour où je dois reprendre le volant, je me demande si je ne vais pas aller prendre 2h de conduite en auto-école pour réapprendre les réflexes et les techniques de base (notamment le créneau) !

    Posté par Katia, 20 avril 2009 à 14:44 | | Répondre
  • Hé bé... Tu dois être sacrément migonne! :D

    Posté par Nick'O, 24 avril 2009 à 12:17 | | Répondre
Nouveau commentaire