Gin Fizz

Bulles de vie...

Douze mois d'émoi

14 novembre 2016

croquette2

C'était un matin de novembre, il y a juste un an. Au réveil lugubre d'une soirée tragique et éprouvante, tu as décidé de pointer ton petit museau dans ce monde choqué et anesthésié. Un peu pour nous faire oublier toutes ces horreurs, un peu aussi parce que ton heure était arrivée, tu as débarqué, sans tambour ni trompette, comme pour nous dire qu'il devait y avoir un "après" tout ça, et que la vie suivait son cours.

Ces premiers moments avec toi, je les ai traversés tiraillée entre mon émerveillement pour toi, douce poupée réconfortante, et le flot incessant d'informations terrifiantes au sujet de cette insupportable nuit du 13 novembre. Je me revois, seule avec toi dans ma petite chambre à la maternité, le nez dans ton cou mais les yeux rivés sur la télévision, abrutie et ébêtée devant les mêmes images en boucle, encore et toujours, sans pourtant être capable d'éteindre le poste. Et je me souviens très bien avoir pensé ce jour-là que, même avec un jour d'écart, ton anniversaire serait toujours associé à cette date noire. Plus tard, je me suis même surprise à dire aux gens que tu étais née "le lendemain matin du 13 novembre", au lieu de dire tout simplement "le 14". Comme si les événements étaient liés, d'une façon ou d'une autre.

Et finalement, ce n'était pas si faux. Que je l'aie voulu ou non, que j'y aie pris garde ou pas, tu as ressenti et partagé toutes mes angoisses, tout mon stress et toute mon insécurité éprouvés juste avant ta venue et pendant nos premiers jours de rencontre.
Mais ce n'est qu'en te voyant grandir que j'ai compris à quel point il avait été difficile pour toi de venir au monde en percevant toute l'anxieté de ta mère, et la sentir à la fois si attentionnée envers toi, mais parfois si lointaine aussi.
Les psys et les pédiatres à qui j'en ai parlé l'ont tous confirmé : tu as toi aussi éprouvé une très grande insécurité. De mois en mois, tu as nettement manifesté ton besoin accru de ma présence, ton désir d'être portée, sans cesse rassurée, câlinée, tranquillisée. A tel point que j'en ai été parfois étouffée et exaspérée, c'est vrai.

Aujourd'hui, tu restes encore une petite fille qui, à moins de tomber de sommeil, n'arrive pas à s'endormir seule, sans qu'on te tienne la main ou qu'on te caresse la joue. Mais les choses se sont apaisées.

Petit zébulon qui ne tient pas en place, tu as très bien su trouver la tienne au sein de notre home sweet home. Blondinette aux yeux clairs autant que ta soeur est mate de peau aux yeux sombres, mais avec ces mêmes cils de biche démesurés qui me rendent un peu jalouse. Un caractère déjà bien trempé et affirmé, du coffre à nous en faire péter les tympans quand tu hurles que tu as faim, et des sourires distribués à volonté quand tu es bien lunée.
Une petite fûtée qui, à mon grand malheur, a déjà compris comment on enlève les capuchons des feutres, qui raffole des télécommandes en tout genre et qui sait réclamer un nouveau boudoir en me tendant le paquet encore sous cellophane, genre "je voudrais bien un autre de ces trucs pas mauvais, s'il te plait".

Après quelques mois plutôt circonspects, ta grande soeur commence à entrevoir en toi sa future 'best friend ever'. Oui, tu lui piques ses jouets et tu lui planques ses feutres sous le canapé, mais elle s'exerce sur toi pour raconter ses histoires rocambolesques et assouvir son penchant 'maîtresse d'école qui donne des ordres'. Et moi, qui ai eu deux frères (jumeaux) mais pas de soeur, je suis heureuse de pouvoir observer à travers vous deux ce lien unique et ces éclats de rire à deux voix.

Déjà douze mois de toi, de nous, d'une vie à quatre souvent rock'n roll mais mille fois plus jolie aussi... Alors oui, ma croquette, on n'oubliera sans doute jamais de pleurer les 13 novembre à venir, mais on fera en sorte que les 14 soient des lendemains qui chantent plus fort, plus juste, et qu'ils soient aussi radieux et enchantés que tu le mérites.

 

En mémoire de H., J., M., H. Pour eux, pour tous les autres.

Posté par Katia_ à 18:59 - Mum-to-be / To be Mum - Commentaires [7]

Commentaires sur Douze mois d'émoi

    bon anniversaire à la petite croquette number 2. On n'oublie pas ceux qui ne sont plus, on a toujours le coeur en peine en pensant à eux, mais la vie continue et on souhaite qu'elle soit belle pour cette petite fille entourée d'amour.

    Posté par MuchiMuchi, 15 novembre 2016 à 10:11 | | Répondre
  • Un très beau texte qui m'émeut beaucoup.

    Posté par Acanthe, 16 novembre 2016 à 10:26 | | Répondre
  • J'en ai les larmes aux yeux... J'ai pensé fort à vous le 13 et le 14, j'attendais ce billet des 1 an. Je suis contente de te lire et de voir que ton fil RSS fonctionne toujours très bien:-) Joyeux anniversaire à ta petite fée!
    Concernant l'insécurité de son arrivée au monde, ça me fait penser à ma fille qui a eu des premiers jours compliqués. J'ai fait de la kinésiologie avec elle pour tout mettre à plat, ça a bien marché je crois.

    Posté par Béné, 16 novembre 2016 à 15:35 | | Répondre
  • SOLUTIONS A TOUS VOS PROBLEME DE VIE
    Grand marabout vaudou sorcier de retour d'affection rapide et immédiat
    Réalise pour vous des prières de sortilège d'amour, chance, prospérité, succès, réussite, maladie.
    issent mes travaux Mettez-moi à l'épreuve et vous ne
    Travail sérieux et garanti, 100% de réussite sur une date précise.
    NB : La somme de nos argents se remboursera à la fin de nos travaux
    que le client déclarera satisfaisant avant le paiement.
    Laissez moi vous aider, vous qui avez des Problèmes, n’hésitez pas a
    m'écrivant
    Mail : marabout.hounsinou@gmail.com
    Site web : marabouthounsinou2718-com.over-blog.com
    Site web : maitrehounsinou.blogspot.com
    Tel /WhatsApp: : +229 62 07 95 24

    Posté par hounsinou, 16 novembre 2016 à 17:34 | | Répondre
  • ah ah je pensais pas qu'ils sévissaient aussi sur les com les marabout. visiblement ils sont passés a l'ère numérique:D
    Bref, un très bon anniversaire alors à cette deuxième poupée... un beau texte qui fait mal mais si doux pourtant:)
    Je crois qu'on a toujours peur de mal faire quelque soit les circonstances de naissance.
    Moi, ma deuxième n'était pas voulue, en tout cas tout de suite. Depuis, j'ai une trouille monumentale qu'elle ne se sente pas autant aimé que ma première qui nous a valu une FIV. Alors je fais attention tout le temps de donner autant a l'une qu'a autre. et je m'épuise. et je me dis aussi que quoiqu'on fasse on leur transmettra des casseroles parce qu'on en a tous même avec les meilleurs parents au monde même avec une enfance royale dans les années 80 sans guerre, sans terrorisme, alors...Faut l'accepter. :)

    Posté par Emmowflopow, 18 novembre 2016 à 14:51 | | Répondre
  • "Je n'oublierai jamais" est la phrase qui doit toujours précéder quelque chose comme "avançons vers demain".
    Ta fille en est quelque part le symbole.

    Tu le dis à merveille, comme toujours, condensant en peu de mots les plus longues de mes réflexions alambiquées.

    Merci.

    Posté par FlyingLeon, 19 novembre 2016 à 13:26 | | Répondre
  • Chère Katia, tes billets se font rares mais comme ils sont de mieux en mieux écrits, je ne t'en veux pas :)
    C'est à chaque fois un grand plaisir de te lire, même si je me doutais que j'aurais le caillot pour le prochain billet, un an après…

    Posté par camtomgui, 22 novembre 2016 à 09:17 | | Répondre
Nouveau commentaire