Gin Fizz

Bulles de vie...

Foodette : en cuisine Simone !

31 mars 2014

IMG_9821

Oh, tiens, ça fait un bail qu'on n'a pas causé fooding, vous et moi ? (Oui, ça fait même longtemps qu'on n'a pas causé. Tout court). Aujourd'hui, pas de nouvelle adresse de resto à tomber, ni d'apologie de la nouvelle douceur maxi-sucrée du moment, mais un petit concept que je trouve charmant, et pile-poil dans l'air du temps.

On connaissait déjà les "food-box" livrées chaque mois et proposant de quoi concocter un menu complet sur une thématique précise. On connaissait aussi les paniers de légumes frais et bio livrées chaque semaine, composé d'un assortiment surprise fonction de la récolte et de la saison (j'en connais d'ailleurs qui en sont restés comme deux ronds de flans devant les panais et les topinambours, bien incapables de savoir comment se cuisinent ces petites bêtes là...)

Foodette, c'est un peu le trait d'union entre ces deux idées : le panier frais du marché et le package "tout pour composer votre menu complet".

Imaginons deux minutes la scène. Nous sommes jeudi, belle-maman s'est invitée à déjeuner samedi, pas l'ombre d'une idée de repas, et surtout zéro temps pour aller courir les commerçants du coin.

Zou, direction foodette.fr ! On choisit dans la liste des recettes proposées son entrée, son plat, son dessert (ou juste entrée et plat, si on juge que belle-maman a besoin d'un petit régime). Chaque proposition indique un temps de préparation et un temps de cuisson, histoire d'éviter de se lancer dans un plat qui demande 50 minutes de mijotage alors qu'on n'a que 20 minutes top chrono avant le ding-dong des invités à la porte d'entrée.

On valide le nombre de personnes total (de 2 à 8), et 24 heures plus tard, un joli panier gourmand nous attend chez l'un des commerçants de notre quartier (boucher, poissonnier ou fromager), qui se charge de compléter nos victuailles avec viande, poisson, fruits de mer ou fromage, selon sa spécialité et surtout notre choix de plat principal.

Of course, tous les fruits et légumes sont locaux (et bio si possible), frais, et de saison. Tous les ingrédients nécessaires aux recettes sont déjà dosés selon les besoins, et la petite fiche pratique permet de se lancer pas à pas dans la réalisation de notre menu 4 étoiles.

IMG_9811

Les avantages ? Nombreux.
* Plus de prise de tête pour mesurer, calculer, proportionner... Le panier vous livre exactement ce dont vous avez besoin. Pas plus, pas moins.
* Plus la peine de chercher pendant des heures ce fameux extrait de sirop d'argousier dont vous allez utiliser 3 ml pour la recette, puis reléguer le flacon qui ira moisir au fond du placard, à attendre une nouvelle tentative culinaire de votre part.
* Les recettes sont abordables même pour ceux qui ont deux mains gauches (pensez bien que j'ai demandé !), et ne nécessitent pas d'ustensiles de fou. Cyril Lignac peut dormir peinard, on aura juste besoin d'un four, de casseroles, d'un fouet, éventuellement d'un mixer, mais rien de plus.
* En partenariat avec Le Petit Ballon, Foodette propose également de vous fournir le vin adapté à votre menu. (Hop ! "Passer chez le caviste" : check !)
* C'est un gain de temps considérable quand on souhaite recevoir chez soi, et qui permet quand même d'épater la galerie au final : "c'est moi qui l'ai fait !", pourrez-vous fanfaronner à la fin du repas !

Les bémols ? Il y en a, quand même, un peu...
* Seuls quatre arondissements de Paris sont "desservis" pour le moment, à charge pour le concept de se développer encore et encore pour augmenter sa présence à d'autres quartiers.
* Un choix encore restreint de recettes. Là aussi, le développement du site permettra de multiplier les propositions.
* Des prix qui peuvent rebuter certaines personnes : environ 4 euros les entrées et desserts, 9 euros les plats, si on commande pour 2 personnes. Forcément, on a vite fait de comparer avec une sortie au resto, où l'on n'aura même pas à faire cuisine et vaisselle. Mais le concept prend tout son sens quand on commande pour plusieurs personnes, puisque les prix sont dégressifs, et le gain de temps indéniable.
* Oui, oui, oui... ca nécessite de FAIRE la cuisine soi-même. Mais si c'est là un point vraiment négatif pour vous, je ne vois même pas pourquoi on continue à causer de ce nouveau concept :)

IMG_9835J'ai testé pour l'occasion la réalisation d'un dessert star de Foodette, "Comme une tarte au citron". Efficace, simple, facile et inratable (bien qu'un poil sucré à mon goût) ! Alors, ok, niveau présentation, j'ai encore un peu de progrès à faire, mais... hé... c'est MOI qui l'ait fait !

Plus d'infos : foodette.fr

Posté par Katia_ à 21:12 - Melting-Po(s)t - Commentaires [10]
Tags : , , , ,

Qu'est-ce que tu lis, doudou, dis donc ? #3

10 mars 2014

  Rien_ne_s_oppose_a__la_nuitLe_diner

Ouh la la, déjà un mois que je n'étais pas repassée par ici. C'est que le temps file ! Nous voilà malgré tout reparti pour un petit tour des lectures du moment. Cette semaine, on explore les familles tourmentées qui affichent une apparence heureuse mais camouflent bien des secrets et des mensonges. (N'est-ce pas, finalement, le lot de toutes les familles ?)

* Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de Vigan.

* Le pitch : Après la mort de sa mère par suicide, l'auteure s'est lancée dans l'écriture de la biographie de celle-ci, afin de mieux comprendre la personnalité ambivalente qui la caractérisait. Au gré des interviews et récits récoltés auprès de ses proches, elle plonge alors dans les secrets de famille inavouables, les douleurs refoulées et les doux souvenirs des jours heureux, qui ont façonné l'histoire de cette femme bipolaire, si belle et si fragile...

* Mon avis : C'est sûr, dit comme ça, le résumé ne fait pas forcément envie. Du moins, on est plutôt certain de ne pas se poiler de rire à chaque page. C'est pourtant un roman bouleversant, dont j'ai tourné la dernière page avec une pointe de tristesse et des presque larmes au coin des yeux. Entreprise cathartique au départ, l'auteure enquête pour mieux comprendre pourquoi Lucile n'est pas la maman aimante et dévouée qu'elle aurait aimé avoir. La reconstitution de l'histoire de sa mère, dévoilant certains pans cachés de sa vie, permettront à l'écrivain* de prendre la mesure des troubles psychotiques graves dont souffrait celle-ci, et la façon dont ils ont impacté toute sa vie, et par ricochet celle de sa propre descendance. C'est au final un très bel hommage que rend Delphine de Vigan, jusque dans la photo de couverture particulièrement touchante. J'ai beaucoup aimé, vous l'aurez compris.

On pourrait objecter que ce récit est trop personnel, trop intime, voire impudique (certains secrets de famille sont particulièrement dérangeants), et n'intéressera que les membres de la famille de l'auteure. C'est vrai que ces 400 pages sont un sacré déballage de linge plus ou moins sale et de secrets jetés en plein jour, mais en lisant entre les lignes, on y retrouve toujours une partie de sa propre histoire, une meilleure compréhension de la façon dont chaque famille recèle son lot de blessures et de douleurs, qui nous affectent les uns les autres, même insidieusement.

(* oui, autant j'aime bien écrire auteurE, autant écrivain, je le préfère au masculin.)

* Le dîner, de Herman Koch.

* Le pitch : Un restaurant, deux couples, les deux hommes sont frères. Sous les sujets les plus anodins et les conversations d'usage, ils sont en fait rassemblés là pour aborder le sujet qui les préoccupe tous depuis des semaines : leurs fils respectifs, cousins donc, âgés d'une quinzaine d'année chacun, sont coupables d'un acte terriblement violent et répréhensible, qui aura fatalement des conséquences sur leur vie à tous. Ou pas. Car chacun a sa façon personnelle de concevoir l'affaire...

* Mon avis : Très original ! Un roman dont l'intrigue est rythmée par la succession des plats apportés à table. A l'apéro, on pose les bases : personnages, décor, cadre... A l'entrée, l'intrigue se met peu à peu en place, on cerne les personnalités des quatre protagonistes. Puis le plat, le dessert et le café apportent leur lot de rebondissements. Au bout du compte, ce n'est pas seulement l'addition qui sera salée, mais la morale qui sera bien égratignée au passage. On tourne les pages, avides de savoir pourquoi "c'est" arrivé, comment, et surtout quelle en sera l'issue. Petit bémol : quelques longueurs, parfois de longues pages de descriptions qui peuvent facilement être zappées sans nuire à la cohérence globale, et surtout une fin qui laisse perplexe et presque insatisfait. Et vous, jusqu'où iriez-vous pour protéger quelqu'un qui vous est cher et qui a commis l'irréparable ?

 

Le Porteur d'histoire

10 février 2014

Le_Porteur_d_histoire

C'est l'histoire d'une fille qui, depuis qu'elle prend des cours de théâtre, décortique avec un oeil un (tout petit) peu plus "expert" (notez tous ces guillemets et parenthèses) les pièces qu'elle va voir en spectatrice.
C'est l'histoire d'une fille qui, contrairement à ses habitudes, est allée voir il y a quelques semaines une pièce de théâtre uniquement sur les bonnes recommandations de quelqu'un, et sans même s'intéresser (trop) au pitch ou aux critiques media.
C'est l'histoire d'une fille qui a littéralement été emballée par ce qu'elle a vu, et qui voudrait vous en toucher un mot ou deux...

Le Porteur d'histoire, ca s'appelle. Ca ne vous dit pas grand chose ? Normal, car il n'y a là aucune grande tête d'affiche pour assurer la promo, et un metteur en scène encore assez confidentiel. Mais il se pourrait bien que cela change au regard des critiques dithyrambiques publiées ça et là, au fur et à mesure que le bouche-à-oreilles fait (bien) son boulot !

Pourtant, il est ô combien difficile de vous détailler en quelques lignes cette histoire parfaitement inracontable. Elle parle d'histoires, de l'Histoire, de notre histoire. C'est à la fois une quête au trésor, une enquête sur nos racines, un feuilleton à la Dumas, un voyage extraordinaire dans l'espace et le temps.

De l'aveu même du metteur en scène, Alexis Michalik (qui avait déjà commis La Mégère à peu près apprivoisée), cette pièce ne se raconte pas, elle se vit. Sur une scène dépouillée et à l'aide de quelques accessoires bien pensés, cinq comédiens endossent tour à tour plusieurs rôles, changeant de personnage et de siècle en un claquement de doigt, pour nous emmener avec eux à travers les époques et les différents lieux d'action.

Sans jamais perdre le spectateur malgré une histoire à tiroirs et pleine de rebondissements, les acteurs virevoltent entre chacun de leurs rôles, servis par une mise en scène magistrale de sobriété. Un tableau noir en fond de scène, où les artistes écrivent et dessinent au fur et à mesure, assure le fil conducteur tout au long du spectacle.

Moi qui suis plutôt très (trop?) critique quand j'assiste à un spectacle, je suis sortie de la représentation conquise et prête à retourner voir la pièce une seconde fois. A priori, je ne suis pas la seule à penser ainsi : Le Porteur d'histoire s'est joué à guichets fermés avant les fêtes, et a reprogrammé une vingtaine de représentations à Paris, à partir du 19 février, pour notre/votre plus grand bonheur !

Allez-y, courez-y, dépêchez-vous, c'est un ordre ! Vous m'en direz des nouvelles ! Vraiment, vraiment ! ...

Le Porteur d'histoire,
Studio des Champs-Elysées, du 19 février au 2 mars 2014.

 

Retour vers le passé

28 janvier 2014

photo_1_

Semainier Le Petit Prince, aux éditions Fleurus, qui édite cette année une mignonne collection
de livres pour enfants et papeterie pour adultes, aux couleurs du héros de Saint-Exupéry.

Depuis deux mois, je rédige régulièrement des textes d'humeur pour le blog de Porte-Plume, une jolie petite société qui se charge de réaliser de beaux livres personnalisés et sur-mesure. Aujourd'hui, j'ai envie de partager ici le dernier texte qui j'ai écrit pour la marque, parce qu'il est susceptible, je pense, de faire écho pour plusieurs d'entre vous. Vous me direz si vous vous êtes reconnus...

"Nous voici donc en 2014 ! Comme à chaque début de nouvelle année, j’ai acheté dernièrement une recharge neuve pour mon agenda papier (oui, je fais partie de celles qui n’ont pas laissé tomber papier et stylo pour les agendas numériques et finalement pas si pratiques proposés par nos Smartphones), et je regarde avec un mélange d’espoir et d’appréhension les feuilles encore vierges qui ponctueront mon quotidien ces douze prochains mois.
Tout y est encore à créer, à inventer, à noter, car pour le moment, mis à part deux ou trois rendez-vous déjà fixés de longue date, elles ne contiennent rien, laissant le champ libre à tous les possibles, à tous les souhaits.

En revanche, la recharge de l’année passée a une toute autre allure : griffonnée partout, annotée au crayon ou au feutre de couleur, quelques pages cornées, des post-its fluo qui débordent de tous les côtés, trois cartes de visites glissées entre deux pages… Voilà en quelques feuillets le témoignage concret d’une année passée, fructueuse et bien remplie.

Je me replonge dans ces griffonnages avec une certaine excitation, et parcours l’essentiel de mon année 2013 en tournant les pages. Janvier, la chouette pièce de théâtre qu’on avait vue en amoureux. Mars, le dîner de retrouvailles des anciens de l’école. Juin, l’escapade à Florence, et août, les vacances entre amis dans le Golfe du Morbihan. Mais aussi avril, les trop nombreuses visites chez le pédiatre pour mon bébé malade. Ou novembre, la célébration familiale d’un anniversaire pas très gai…

Toute ma vie est là, notée à la va-vite dans ces quelques pages, en abréviation, chiffres et heures de rendez-vous. Et moi seule peut et sait en tirer le sens réel, et associer à un mystérieux « PK 28 14h45 sans ticket » le souvenir doux ou amer qui lui correspond. Ce ne sont essentiellement que des petits bouts de vie, des instantanés du quotidien, qui pris un par un n’ont pas tellement d’importance, mais mis bout à bout, constituent une année entière de mon passé, de mes souvenirs.

Et je me prends, l’espace d’un instant, à rêver d’une machine magique qui retranscrirait à ma place tous ces petits moments anodins dans un cahier de vie, accompagnés de quelques photos, pour en faire un bel objet souvenir. Pas le souvenir d’un temps fort, précis et daté, non… le souvenir d’une année passée à vivre, simplement."


Pour lire le blog de Porte-Plume, c'est par ici !

Une année lumière

13 janvier 2014

anniversaire_1an

Et voilà... Un an ! Un an que Babygirl a déboulé dans nos vies, petite magicienne rendant le quotidien mille fois plus joli, mais plus compliqué aussi. Un an que l'on jongle entre biberons, couches, tétines, doudous, bodys et T'choupi. Un an que les grasses mat' sont un mot banni de notre vocabulaire, et que le bruit du radio-réveil est presque tous les jours remplacé par les babillages, cris ou parfois beuglements (si,si) de la mini-croquette affamée. Un an que nos journées de parents s'achèvent dans la douce lumière tamisée d'une chambre d'enfant, au milieu des histoires de Petit Ours Brun et des boîtes à musique lééééégèrement répétitives. Mais entre le lever et le coucher, jour après jour, une petite fille a fermement décidé de découvrir le monde et de grandir sans perdre de temps !

J'ai parfois envie de lui crier "stoooop, arrête-toi tout de suite de grandir, c'est un ordre ! Reste pour toujours ce petit bébé joufflu et maladroit qui a tant besoin de ses parents". Mais je me raisonne (ai-je vraiment le choix ?), et applaudis des deux mains à chaque nouveau progrès, en bonne mère complètement gaga. Les premiers pas bancals (vous voyez Bambi tout bébé ? Multipliez puissance 8), la première cuillerée de purée portée à la bouche (après repeinte intégrale du mur et du sol de la cuisine), le premier câlin au chat (au lieu de lui tirer sauvagement les poils), l'imitation parfaite du cri du tigre ("roooarr"), du cri du chat ("rooarr"), du cri du cochon ("roooarr")...

Le nouvel équilibre de notre vie à trois s'installe doucement, après quelques premiers mois d'apprentissage et de mises au point. Sans aller jusqu'à dire qu'on est parfaitement rodés, disons qu'on ne panique plus comme des fous dès que le thermomètre indique 39,2°, qu'on est moins à cran sur les biberons boudés, et que les petits caprices de Babygirl sont bien vite remis à leur place. L'apprentissage du métier de parent n'est pas évident tous les jours, mais on grandit, nous aussi.

Régulièrement, Chéribibi embarque sa croquette en porte-bébé et fait la tournée des commerçants du coin, fier comme un pou dans son rôle de papa poule. J'ai personnellement très bien compris que c'était surtout un bon moyen de dragouiller la boulangère, et de gratter au passage un crouton de pain pour sa fille, mais je fais comme si de rien n'était, bien sûr.
De mon côté, il y a parmi mes nouvelles habitudes un petit rituel auquel je ne déroge jamais. Lorsque je vais me coucher, et alors que ma Babygirl dort déjà depuis quelques heures, je passe un court moment dans sa chambre, penchée au dessus de son lit. Officiellement, c'est parce que j'aime la regarder dormir, paisible et sereine au milieu de ses doudous. Officieusement, c'est parce que je sais que je n'arriverai pas à m'endormir sans avoir vérifié qu'elle est effectivement paisible et sereine, que le doudou ne l'étouffe pas, et qu'elle respire tranquillement. Ne le répétez pas, mais je crois que si personne ne m'en empêche, je continuerai ce rituel jusqu'à ses seize ans, au moins.

Quand je regarde les photos de la maternité, ou les premiers clichés et vidéos dont mon Iphone est saturé, je vois, je sais qu'elle a déjà bien changé, cette petite fille. Et qu'elle en a déjà franchi beaucoup, des étapes, dans ce long parcours du combattant qu'est la vie d'un jeune bébé qui a tout à découvrir.
Paradoxalement, il me semble que cette première année est passée à la vitesse de la lumière, et qu'à peine quelques petites semaines séparent hier et aujourd'hui. Quelques semaines éreintantes, oui, mais beaucoup plus lumineuses aussi.

 


2014 : La liste de mes envies

01 janvier 2014

Grand_Palais

(Fête foraine au Grand Palais, décembre 2013).

Stop, ne cherchez pas, ne cherchez plus. Le mot "quatorze" ne rime avec aucun autre mot de la langue française, donc ce n'est plus la peine de vous creuser le ciboulot à chercher en vain la rime amusante de l'année. A la place, venez, on s'assoit tous en rond et on se parle de nos envies pour l'année à venir. C'est bien mieux que la fichue liste des bonnes résolutions qui tiennent à peu près 2 semaines trois-quart (et encore, je suis optimiste).

2013 a plutôt été en demi-teinte en ce qui me concerne, mais elle m'a apporté le plus joli des chamboulements avec l'arrivée de BabyGirl. Il sera donc difficile de la doubler sur le podium des meilleurs crus de mes années passées, mais... essayons tout de même. En 2014, j'ai envie de :

* Trouver notre rythme de croisière dans notre (plus si) nouvelle vie à trois. Un bébé, même ô combien désiré, provoque malgré tout quelques dommages collatéraux sur son passage dans la mécanique bien rôdée d'une vie organisée à deux. Les rythmes, les préoccupations, les repères changent, et l'adaptation se fait parfois dans la douleur. On est sur le bon chemin, il ne reste plus qu'à y avancer avec plus de sérénité.

* M'apaiser. Intérieurement. Assourdir ce petit volcan qui bouillonne en moi et me pompe beaucoup trop d'énergie. Ou en tout cas, mettre toute cette énergie à profit dans des activités positives et dynamisantes. Reprendre le sport, peut-être ? Sans doute.

* Retrouver mon sac à dos et mon bob de touriste (façon de parler, hein. Il est évident que je ne porte ja-mais de sac à dos). L'année passée a été plutôt calme niveau découvertes touristiques, mais BabyGirl grandit, elle sera bientôt en âge de mieux résister aux grandes vadrouilles dans les villes étrangères, et nous aurons, nous aussi, le coeur (un tout petit peu) moins lourd de la laisser quelques temps à ses grands-parents pour nous en aller voguer en amoureux dans de lointaines contrées. Et ce ne sont pas les envies qui manquent !

* Profiter du temps libre qui m'est donné par la force des choses. Savourer, découvrir, continuer à expérimenter de nouvelles choses. Les cours de théâtre en sont un bel exemple : j'ai mis du temps à pousser la porte, mais je ne regrette rien aujourd'hui, si ce n'est de ne pas l'avoir fait plus tôt. Et continuer le montage vidéo, prendre des cours de PAO, m'essayer plus souvent à la cuisine asiatique (ma préférée)... bref, combler le temps "vide" et en faire profit.

Pour faire court et assez peu original, je ne peux décemment pas terminer ce billet sans vous souhaiter à tous la plus jolie des nouvelles années, avec son armada de doux instants, son quota de bonne humeur collective, son stock de belles images à capturer et son lot de chebam-pop-blop-wizzz, sous la forme qu'il vous plaira ! Je ne promets pas un rythme plus soutenu ici, j'aime venir écrire au gré des envies, du temps et de la plume, et non pas dictée par la contrainte d'un calendrier éditorial ou autre. Mais je serai là, fidèle au poste comme depuis 8 ans, et j'espère que vous aussi !


Happy New Year 2014 !!!


Beauty Lab #6 : Jusqu'à la dernière goutte

19 décembre 2013

Beaute__de_c_13

Scuzzi pour la photo relativement FLOUE et peu lumineuse mais c'est à dire qu'avec la lumière qu'on a en ce moment, on fait bien comme on peut hein. (Comment ça, pour le flou... ?)

Allez ! Une dernière revue cosméto pour finir l'année en beauté ! Voilà donc mon petit palmares personnel du moment, des produits efficaces et agréables à utiliser, que je vais user jusqu'à la toute dernière goutte (et sans doute racheter ensuite).

* Blue Therapy Serum-in-oil, Biotherm : Je dois vous dire que je suis assez fan des sérums en règle générale. J'ai l'impression de faire plus dans ma routine beauté que la simple application d'une crème de soin, et j'imagine du coup que les miracles ne vont pas tarder à se voir sur mon visage. Je sais, je suis mignonne (et un peu naïve). Mais... parfois, le mini-miracle est tout de même au rendez-vous.
Ce serum-là, voyez, il est assez fantastique sur ma pauvre petite peau déshydratée de femme-qui-n'a-pas-le-temps-de-toujours-prendre-soin-d'elle. Appliqué le soir, juste avant la crème de nuit (mais si vous n'avez pas la peau trop sèche, vous pouvez même squizzer cette étape), il redonne un coup de pep's indéniable au rebondi des joues, comme un grand coup d'air vivifiant. Hy-dra-ta-tion, on a dit. Rien de mieux pour retrouver la peau lisse, veloutée et pulpy.
Une texture mi-huile mi-gelée (gné ?) qui pourrait faire peur au premier abord, mais qui glisse instantanément sur la peau, et ne laisse qu'un très léger voile protecteur absolument pas gras. Dormez tranquilles, les oreillers seront encore propres demain matin !
Aucune crème, aucun soin n'est miraculeux, certes. Mais j'ai vraiment constaté une diminution de mes ridules liées au déssèchement cutané en utilisant ce soin depuis près de 2 mois. Hélas, mon petit bémol, l'effet ne dure pas, et si je stoppe l'application un ou deux jours, les petits soucis reviennent. De là à dire que je ne pourrais plus m'en passer...
64,90 euros les 30 ml.

* PH5 Huile de douche, Eucerin : Je sais. Si, je sais. Nombre d'entre vous pourrait crier d'effroi à l'idée de se laver avec une huile ! Trop gras, trop poisseux, trop difficile à rincer. Hé bien, mes cocottes, si vous êtes dans ce cas, essayez tout de suite l'huile douche Eucerin et vous m'en direz des nouvelles. La texture, huileuse certes, se fond en eau lactée au contact de la peau humide, et laisse vraiment l'impression de nettoyer en douceur sans décaper le film protecteur. Parce que dégommer la saleté, c'est une bonne idée, mais si on peut éviter d'agresser sa petite peau fragile et sensible au passage, c'est nettement mieux.
Une fois appliquée et massée sur tout le corps, hop, un jet d'eau et terminée la douche ! Si, vraiment ! Pas de résidus sur la peau, juste une douce sensation et une légère odeur indescriptible mais à laquelle on devient vite accro (un peu dans le genre de l'Huile Prodigieuse de Nuxe, voyez ?).
Ok, je vous l'accorde, le flacon n'est pas sexy en diable. Ce bouchon rouge jure un peu avec la belle couleur ambrée de l'huile. Mais, voyons le positif : le capuchon-distributeur est very pratique quand nos mains sont déjà pleines de produit. Ca vaut bien un petit effort sur la déco de la salle de bain, non ?
15 euros les 400 ml.

* Redermic [R] Yeux, La Roche-Posay : Ce soin m'a été offert par la marque, dans le cadre d'une super journée découverte au Spa de La Roche-Posay (oh mais drôle de coïncidence !) où j'ai été bichonnée de la tête aux pieds. Forcément, ça aurait pu orienter mon jugement. Sauf que... ha ha... c'est bien mal me connaître ! (Hé, qui c'est qui a une chronique de râleuse, ici ?). Vous pouvez donc être certaines que si je vous en dis du bien aujourd'hui, c'est que ce petit tube, là, il a tout d'un grand !
Redermic [R] donc. Avec un R comme rétinol, l'actif incontournable pour lutter contre les signes du vieillissement. Mais un actif un peu agressif parfois pour les peaux les plus sensibles, et notamment les contours de l'oeil. Ici, Rétinol Super Héros a donc été dompté pour satisfaire les plus réactives, grâce à une libération progressive des actifs, qui évitent le choc un peu trop violent en laissant la peau s'habituer en douceur. Malin, le coquin !
Dans une texture légère un peu crémeuse mais pas grasse pour deux sous, ce concentré anti-âge part donc à l'assaut des rides et ridules, mais aussi des cernes (qu'il atténue) et du contour de l'oeil en général (qu'il défatigue et rafraîchit). Baguette magique ? Soyons sérieux deux minutes : non, je n'ai pas perdu 10 ans d'un coup, mais oui, je sens mon regard défroissé et lissé. Le reste du boulot sera fait quand je trouverai le temps de dormir quelques heures en plus par nuit !
Tube canule 15 ml, 26,60 euros.

 * Eau pour la toilette, Mustela : Hé oui, désormais, on parle produit beauté bébé dans les revues. Ainsi va la vie... Et je dois vous dire que j'ai un gros gros coup de coeur pour cette eau, qui sent divinement bon. Vous savez, la fameuse odeur du bébé propre qu'on aime respirer en plongeant son nez dans ses cheveux ? Hé bien là, bingo, en deux fois plus gros ! Un petit pschittt sur un coton, on débarbouille le minot, et on laisse le charme agir. Une véritable addiction, au point que j'en suis à me vaporiser les poignets avec le spray pour conserver plus longtemps avec moi l'odeur désormais caractéristique de ma BabyGirl. (je ne suis pas folle, vous savez ?)
Toute la gamme Mustela sent grosso modo cette même odeur délicieuse, mais c'est véritablement dans l'Eau pour la Toilette qu'elle s'exprime le mieux.
Spray de 200 ml, environ 8 euros.

 * Lingettes visage et mains, Biolane : Théoriquement, et si on a un peu de conscience écologique, la consommation des lingettes est à limiter au strict minimum. Oui, mais en pratique, dès lors que baby commence à gambader un peu à quatre pattes dans tout l'appartement, et à fourrer ses petites mains partout, y compris dans la poussière (oh, ça va, la femme de ménage est aux sports d'hiver), puis à les mettre illico à la bouche (parce qu'un bébé ça ne sait faire que ça !), on comprend très vite que dégainer une lingette débarbouillante va nous sauver la mise plus d'une fois ! Quand on regarde son bébé repu après qu'il a englouti sa purée de carottes, et qu'il en a jusque dans les sourcils, on se dit encore "tiens, une lingette et on n'a rien vu".
Voilà. Vous avez pigé ! C'est le petit geste rapide et pratique qui sauve la mise en urgence, quand on n'a pas que ça à faire de passer bébé au karcher pour le débarraser de sa crasse. Quand en plus, la lingette sent ultra bon, respecte l'équilibre cutané, et est formulée sans truc bizarre, moi, perso, j'appelle ça un indispensable.
Etui de 64 lingettes refermable, 2,90 euros.

Je m'voyais déjà en haut de l'affiche

11 décembre 2013

Cours_de_the_a_tre

Il faut quand même que je vous raconte. A la rentrée dernière, prise d'une subite pulsion, je suis allée m'inscrire à un cours de théâtre. Voilà des années lumière que je repoussais le truc, malgré une envie indéniable d'aller brûler les planches, et toutes mes excuses étaient très valables : pas le temps / pas trouvé de cours près de chez moi / j'y arriverai jamais / je suis trop coincée / non non, je ne veux pas jouer à poil comme c'est, semble-t-il, à la mode en théâtre contemporain. (Ne rayer aucune mention inutile).

Et puis finalement, en septembre dernier, boostée par je ne sais quelle force nouvelle, j'ai poussé la porte du petit studio qui accueillait un cours "grands débutants". La salle ne paye pas de mine, et là, sous les néons blafards, regroupés dans un coin, une dizaine de petites têtes se sourient timidement les uns aux autres. Présentations d'usage et motivations de chacun à s'inscrire à un cours de théâtre. Le discours est sensiblement le même pour tous : se faire plaisir, prendre confiance, gagner en aisance devant un public, placer sa voix, s'a-mu-ser. OK, ca va, on est sur la même longueur d'ondes. (J'veux dire, personne pour briguer le prochain César, donc).

Les choses sérieuses commencent. Echauffement du corps (on joue à chat. Littéralement) et de l'esprit (répétition des prénoms de chacun avec une rime associée différente à chaque fois. Autant dire que dans ce cas, on préfère s'appeler Katia que Raoul, ça laisse plus de marge de manoeuvre). Puis batterie de petits exercices pour faire connaissance et se donner confiance. A la fin du premier cours, mimer une chaussette sale, un plat de pâtes carbonara ou un cintre n'a plus de secret pour moi. Démo sur demande. (Très cher).

Petit à petit, séance après séance, les exercices deviennent plus complets, plus complexes. "Vous allez me mimer votre côté diabolique et démoniaque, à la limite de la folie, puis avec ou sans transition, votre côté angélique et pur". Gné ? Genre là tout de suite, faut que je mette à hurler comme une harpie et à agiter bras et cheveux dans le désordre complet en grognant comme un chien enragé ? Mais... c'est à dire... enfin... est-ce qu'on peut s'enfiler un petit Martini cul sec (ou trois) avant de se lancer ?

Se faire violence, accepter de jouer le jeu, se lancer sans (trop) réfléchir et laisser parler son moi intérieur. Ou plutôt, savoir faire taire son moi public, celui qui fait qu'on sait se tenir en société, garder les apparences et donner le change. Redevenir, le temps d'un exercice, un enfant sans complexe, sans jugement, sans inhibition. Facile à dire, hein ?

Dernièrement, quelqu'un a eu la bonne idée complètement masochiste de nous filmer durant nos répétitions, "pour mieux se rendre compte des points d'amélioration à bosser". Ah oui, je confirme, on s'en rend nettement mieux compte, après visionnage du bidule. Quel supplice de se regarder jouer soi-même ! Quelle horreur d'entendre sa propre voix pas du tout placée comme on l'imaginait. J'en ressors personnellement avec une envie de chialer un grand coup devant ma prestation. Un vague souvenir des séances d'humiliation offertes par la coach Raphaëlle Ricci aux élèves de la Star Ac' en débrifant les fameux Primes. (Oui, je regardais la Star Ac'. Ca pose un problème à quelqu'un ?)

Mais à ce qu'il parait, c'est en forgeant qu'on devient forgeron. Ou un truc dans ce goût-là. Je ne peux QUE progresser, et surtout, je m'amuse, et c'est bien là l'essentiel.

Vous voulez savoir le plus drôle ?
Il est prévu qu'on présente un spectacle à la fin de l'année.
Oui. Un S.p.e.c.t.a.c.l.e. Ecrit, imaginé et mis en scène par nous, les élèves.
LOL de feu.
J'arrive déjà pas à jouer mon bout de scène de façon convaincante alors pour le spectacle complet avec rideau rouge, costumes et tout le barnum, vous êtes bien mignons, mais on s'en reparlera plus tard, hein.

A vrai dire, non, on ne s'en reparlera pas. J'ai d'ailleurs soigneusement prévu de ne PAS y inviter ma famille et mes amis... Faut pas trop déconner, j'ai une réputation à tenir, moi, les gars.

Un site qui fait fondre

10 décembre 2013

XL_S_Medical_glace

 Article sponsorisé

Oh, mais que vois-je à l'horizon ? Des tables de fêtes, remplies de victuailles toutes plus savoureuses les unes que les autres. Foie gras, saumon fumé, dinde aux marrons, chocolats et truffes... le défilé des repas à 2000 calories par bouchées va bientôt commencer !

Oh... mais que vois-je un peu plus loin en janvier prochain ? Une ribambelle de nénettes ravies d'avoir dignement célébré les fêtes, mais légèrement gênées aux entournures de leur jean préféré. Oups ? Pas forcément !

Rappelez-vous, il y a deux mois, je vous présentais le grand casting de coaching minceur lancé par XL-S MedicalAcademy. La marque recrutait 10 volontaires pour intégrer son nouveau programme minceur.Hé bien, ça y est. Le casting a retenu ses 10 ambassadeurs et, en attendant de pouvoir découvrir en vidéos ce que chacun d’entre eux a pensé du programme et a vécu au quotidien, vous pouvez déjà jeter un coup d'œil sur quelques anecdotes et coulisses de tournages.

Toutefois, la vraie nouveauté, c'est le lancement officiel du site relationnel de XL-S Academy. Sur une plateforme unique, retrouvez les conseils pros des coachs minceur, les astuces de bloggeuses, les recettes diététiques mais gourmandes, et surtout, la possibilité d'y créer votre Espace Minceur personnalisé pour y consigner régulièrement vos objectifs, les conseils de régime adaptés à votre cas particulier, les recettes qui vous font saliver, vos exercices de coaching, etc. Tout est réuni pour vous proposer un accompagnement personnalisé dans la quête de votre bien-êtreet la reconquête de votre ligne.

Voilà en tout cas une raison de se donner bonne conscience à l'approche des fêtes et des orgies caloriques qui y sont célébrées. Parce que faire un régime, ça ne veut pas du tout dire "ne jamais se faire plaisir", bien au contraire. Alors, tenté(e)s ? 

Plus d'infos : XL-S Medical Academy, le site

Article sponsorisé

 

Qu'est-ce que tu lis, doudou, dis donc ? #2

07 novembre 2013

Les_gens_heureuxHeather_Mallender

Pfiouuuu... Novembre est déjà là, et je vous parle seulement maintenant de la suite de mes lectures estivales. Shame on me, tout ça n'est pas très régulier, blogueuse Katia !
Au menu du jour, deux nouveaux romans. Mais à l'inverse de mon premier opus 'Qu'est-que tu lis, doudou, dis donc ?' où je vous avouais avoir vraiment bien aimé mes lectures et vous les conseillais, je suis cette fois-ci plus mitigée... mais...

* Les gens heureux lisent et boivent du café, de Agnès Martin-Lugand.

* Le pitch : Diane perd brusquement son mari et sa petite fille dans un accident de voiture. Effondrée, figée, secouée, elle va devoir apprendre à vivre sans, difficilement, douloureusement. C'est peut-être à travers un voyage initiatique en Irlande qu'elle y parviendra.

* Mon avis : Aouch ! Forcément, à la lecture de la quatrième de couv', je me sens tout de suite dans le bain, moi qui stresse dès que Chéribibi et Babygirl partent en balade à deux plus longtemps que prévu. Pas de ronds de jambes ni de mise en bouche : on entre tout de suite dans le vif du sujet, puisque l'accident est expliqué au lecteur dès les premières pages. Pas de pathos, pas de gore, juste des faits. On partage ensuite la douleur de Diane, les pages suivantes sont difficiles à lire pour qui s'imagine un tant soi peu à la place de l'héroïne. (Perso, j'avais envie de pouvoir lire seule, tranquille, et de laisser éventuellement venir les quelques larmichettes qui embrumaient mes yeux) (mais je suis du genre facile à faire chialer, faut dire).

C'est après ces quelques pages assez fortes que tout se barre en cacahuète. Le voyage en Irlande et tout ce qui s'y raconte m'a fait penser à une mauvaise comédie sentimentale américaine jouée par, au pif, Cameron Diaz et Ryan Reynolds. Tous les clichés s'enchaînent page après page : la rencontre avec un beau brun ténébreux muré dans son monde, les engueulades, les "pour qui tu te prends ?" et les "Je le déteste !", les gestes tendres qui déroutent, les réconcilations, les semeuses de merde, la famille du héros qui s'attendrie pour la pauvre fille venue d'ailleurs, et même le gros chien qui court sur la plage. Et les personnages semblent par moment touchés par le fameux syndrôme du "j'ai 15 ans à nouveau et je me comporte en ado". Décevant, sur ce point.
Malgré tout, on se prend à tourner les pages, qui défilent vite. Parce que c'est facile à lire (c'est pas du Shakespeare quoi), parce qu'on espère que l'auteur veut en venir quelque part (mais en fait, non, pas trop), et parce que notre âme de midinette voudrait quand même savoir comment se termine l'histoire. (Happy end or not ?). Bref, on lit, on pleure, on rit, et on oublie aussi sec.

* Heather Mallender a disparu, de Robert Goddard.

* Le pitch : Heather Mallender, en voyage sur l'île de Rhodes, disparait mystérieusement lors d'une promenade en montagne. L'ami qui l'accompagnait, Harry, n'a rien vu et devient suspect n°1 d'office. Son seul espoir : résoudre lui-même l'enquête, avec pour unique matériel les vingt-quatre photos de la pellicule utilisée par la jeune femme avant sa disparition, qui retracent ses derniers moments, visites et rencontres.

* Mon avis : Ce livre est présenté comme un polar. J'avoue m'être sérieusement posé la question jusqu'aux pages 200 et quelques, tellement le commencement est lent et laborieux. En cause également, le fait que ce roman a été initialement publié dans les années 90 mais qu'il n'a connu son réel succès que très récemment, ce qui imprime un sentiment diffus de old school (limite has been) qui peut déplaire quand on pense avoir affaire à un livre écrit dernièrement. Harry, le héros, est un vieil anglais un peu hors du système, et j'avoue avoir eu du mal à le prendre en sympathie, et à m'attacher à son personnage.

J'ai pourtant persévéré dans ma lecture par je ne sais quel mystère ou force obscure (j'ai rarement du mal à abandonner les livres qui me gonflent), ce qui me fait penser qu'il y a dans cette oeuvre un petit je-ne-sais-quoi d'addictif, qui pousse à tourner les pages pour savoir. Au fur et à mesure que l'enquête de Harry avance, les pièces se mettent en place, et le dernier tiers du roman rend enfin justice à son étiquette de "polar" : j'ai englouti les 150 dernières page en un clin d'oeil, avide de comprendre enfin ce que l'auteur met tant de temps à amener.
Impossible pour moi de vous dire "foncez ! " ou "n'achetez pas !", car vous l'aurez compris, je suis super partagée. Et je serais curieuse de connaître votre opinion si d'aventure vous l'avez lu aussi.

Voilà pour cette petite sélection mi-figue, mi-raisin. Bonne lecture (ou pas) !